Le tourisme doux est à la mode

Le tourisme peut certainement avoir des effets positifs sur la nature et le paysage s’il est durable. En Allemagne, on trouve différentes offres de tourisme « doux ».

picture-alliance/ZB

Se détendre, se relaxer et se ressourcer, c’est cela que la plupart des gens veulent quand ils pensent aux vacances. Pour nombre d’entre eux, les vacances et la nature ne font qu’un. C’est ce qui explique que le tourisme est, plus que tout autre secteur économique, tributaire d’une nature et d’un environnement restés intacts. Il n’empêche qu’en voyageant, les touristes consomment des ressources et polluent l’environnement.

Or le tourisme peut certainement avoir des effets positifs sur la nature et le paysage si l’on parvient à le gérer durablement et à faire naître chez les voyageurs une prise de conscience de sa durabilité, ce qui modifie automatiquement leur façon de se comporter en voyage. Le tourisme dit « doux » ne porte pas trop préjudice ni au sol, ni à l’eau, ni à l’atmosphère, et l’allée et le retour se font en utilisant les moyens de transport non polluants. Pour les équipements touristiques tels les hôtels, les restaurants et les bases de loisirs, le tourisme doux va également de pair avec des techniques ménageant les ressources et permettant d’économiser l’eau et l’énergie.

En Allemagne, les « réserves de biosphère » comptent parmi les bons exemples de compatibilité entre la protection de la nature et le tourisme. Ce sont des régions modèles dans lesquelles on s’efforce de concilier l’amélioration de la qualité de vie des habitants et la préservation à long terme des modes de vie naturels. En Allemagne de l’Est, en Haute-Lusace, on trouve par exemple des « Biosphärenwirte » (patrons de biosphère) qui proposent aux amateurs d’écotourisme des logements situés dans des landes ou à proximité d’étangs de leur région; il peut tout aussi bien s’agir de terrains de camping restés à l’état naturel que d’éco-hôtels.

Certaines réserves se prêtent aussi à des activités de protection de l’environnement et de la nature pendant les vacances. Citons, par exemple, le Bergwaldprojekt (projet montagne/forêt) qui organise des travaux écologiques bénévoles en forêt. Les participants plantent des arbres, aident à l’entretien des forêts ou à la renaturation des torrents. Si l’on est en quête d’une destination touristique « douce », on peut aussi consulter le portail Internet Viabono qui informe sur les offres de tourisme durable en Allemagne.

www.bergwaldprojekt.de

www.viabono.de

© www.deutschland.de