Bicentenaire de la naissance de Richard Wagner

Le compositeur est le symbole du début de la musique moderne. Il mena une vie agitée ayant bien des aspects.

picture-alliance/dpa

Il est autant vénéré que détesté. Richard Wagner est né le 22 mai 1813 à Leipzig et est décédé en 1883 à Venise; les avis sont partagés sur sa musique et sa vision du monde. Ses contemporains étaient souvent dépassés par sa musique et la postérité est plutôt troublée par son caractère ténébreux. Il est toutefois incontestable qu’avec son drame musical « Tristan et Isolde » en 1865, le Saxon sûr de lui a été le premier compositeur à oser franchir le pas ouvrant la voie à la musique moderne. Selon Wolfgang Sandner, musicologue et spécialiste de Wagner, il n’y avait jamais eu avant « Tristan et Isolde » d’opéra d’une telle étendue, d’une telle intensité, d’une telle complexité harmonique, d’une telle sensualité, d’une telle puissance mythologique et d’une telle imagination, faisant preuve d’un traitement aussi paritaire des instruments.

« L’Anneau du Nibelung » est également une œuvre révolutionnaire – véritable marathon musical de 16 heures, décomposé en quatre opéras. L’opus magnum de Wagner est inspiré du mythe germanique qu’est la légende du Nibelung servant de modèle à une large critique sociale où, à la fin, le monde s’embrase. Wagner a consacré 26 années à cette œuvre avant qu’elle réponde dans son ensemble à son attente, en matière de poésie, de prestation théâtrale et de musique. Convaincu de son génie de la composition, il avait la vision, avec cet opéra, d’avoir créé une « œuvre d’art de l’avenir ». En août 1876 l’« Anneau du Nibelung » inaugure le Festival de Bayreuth – événement musical qui, jusqu’à ce jour, attire les amateurs de Wagner.

Le musicien a mené une vie agitée. Il a fêté son premier succès à Dresde avec l’opéra « Rienzi » auquel ont succédé « Le vaisseau fantôme », « Tannhäuser » et « Lohengrin ». À Dresde, il a participé à l’insurrection en mai 1849 ce qui lui a valu d’être recherché par la police et l’a forcé à s’enfuir, tout d’abord à Paris puis à Zurich. Wagner a véritablement passé la plus grande partie de sa vie en exil en Suisse ou en fuyant ses créanciers – il aimait vivre au-dessus de ses moyens. Il fut marié deux fois et eut de nombreuses aventures. Il se préoccupait guère des conventions. Sa seconde épouse, Cosima, fille du pianiste virtuose Franz Liszt, était auparavant mariée à Hans von Bülow, ami et collègue de Wagner.

L’année du bicentenaire de sa naissance, de nombreuses villes liées à sa biographie rendent hommage au poste-romantique par des mises en scène, des expositions et des débats. Ce sont surtout les villes de Leipzig, Dresde, Munich et naturellement Bayreuth, qui fut son dernier lieu de résidence, qui proposent des programmes au cours de cette Année Wagner.

Le 22 mai 2013 marque le bicentenaire de la naissance de Richard Wagner.

www.wagnerjahr2013.de

© www.deutschland.de