Engagement pour le patrimoine culturel mondial

Bénévolement sur le chantier : des jeunes du Volontariat pour le patrimoine mondial racontent ce que leur travail a d’enthousiasmant.

Sauvegarder le patrimoine culturel : une équipe internationale de bénévoles au travail.
Une équipe internationale de bénévoles au travail. dpa

Allemagne. 2018 est l’Année européenne du patrimoine culturel. Elle doit faire prendre conscience de la richesse culturelle et de la diversité de l’Europe. Le gouvernement fédéral soutient pour un montant de 7,2 millions d’euros 38 projets et initiatives. L’organisation European Heritage Volunteers dont le siège est à Weimar est l’un des projets phares. Depuis plus de deux décennies, elle s’occupe de projets concernant le patrimoine culturel en Europe – souvent de ceux qui retiennent moins l’attention. Des volontaires expliquent pourquoi ils aiment sauver de la dégradation des bâtiments historiques et s’engager pour le patrimoine culturel de l’Europe.

Jason Paulos (28 ans) du Canada

« Depuis mon enfance, tout ce qui est ancien et historique me passionne. Je le dois à mes parents qui, au Canada et pendant les voyages, ont très tôt attiré mon attention sur l’architecture et l’histoire. En tant que volontaire au château médiéval de Lhora en Thuringe, j’ai pu me mettre vraiment au travail. J’ai une formation de charpentier et j’ai trouvé que c’était fantastique de pouvoir contribuer à la rénovation d’un ensemble de bâtiments du XIIe siècle. Nous étions une super équipe et avons travaillé la main dans la main à la rénovation de la toiture. J’ai trouvé mes collègues très ouverts, chaleureux et amicaux. En plus du travail, j’ai pu découvrir la culture allemande – tout comme les excellentes saucisses de Thuringe. Avant de partir en Allemagne, je n’étais pas sûr que le séjour me plairait. Maintenant, je me réjouis du prochain projet. »  

European Heritage Volunteers: Jason Paulos
Jason Paulos privat

Sandra Nasser (27 ans) d’Allemagne

« Un ami étudiant m’avait parlé du projet ‘European Heritage Volunteers’ et j’ai été immédiatement enthousiasmée. C’est une occasion magnifique de  faire des expériences. Au cours de dix jours intenses à Kastela sur la côte de Croatie j’ai énormément appris sur le pays et sur les cultures des autres volontaires internationaux. Nous y avons développé des idées pour l’utilisation de deux tours  des remparts de la ville. On a créé ainsi un prototype d’un ‘Travel Passport’ avec lequel les habitants tout comme les touristes peuvent inscrire quels monuments ils ont déjà visités. De plus, nous avons mis au point un itinéraire de randonnée et une carte où les tours sont signalées. C’est avec beaucoup de plaisir que je me souviens de cette période. C’était mon premier projet en tant que volontaire mais certainement pas le dernier. » 

European Heritage Volunteers: Sandra Nasser
Sandra Nasser privat

Mariana Lopes Martinho (25 ans) du Portugal

« Ce sont de nombreux petits événements qui font que ma période en tant que volontaire en Allemagne est inoubliable. J’ai énormément appris du point du vue manuel et conceptuel – par exemple comment on construit un solide mur en pierres dans un vignoble ou comment on transforme un parc laissé à l’abandon en un lieu de grande importance culturelle invitant à la détente. C’est par exemple ce que j’ai vécu lors d’un projet concernant l’hôtel historique « Waldlust » à Freundenstadt. J’ai été particulièrement impressionnée par les rencontres avec les habitants. Ils apportaient tout simplement des gâteaux - de délicieux gâteaux de la Forêt Noire – et c’est ainsi qu’on a entamé la conversation. J’ai beaucoup profité de mon stage, aussi car c’était une immersion dans la langue et la culture allemandes. »

European Heritage Volunteers: Mariana Lopes Martinho
Mariana Lopes Martinho privat