#SupportYourLocal

La crise du coronavirus touche souvent tout particulièrement les petites entreprises. Découvrez ici comment des initiatives soutiennent l’économie locale.

La crise du coronavirus : la clientèle est absente de Berlin malgré le soleil.
La crise du coronavirus : la clientèle est absente de Berlin malgré le soleil. picture alliance/dpa

Dans de nombreuses villes allemandes, des initiatives sont créées pour apporter un soutien à l’économie locale : l’Italien au coin de la rue, le bar favori et les nombreuses entreprises et commerces du voisinage particulièrement touchés par la crise du coronavirus. Nous vous présentons quelques exemples.

Stoyl – Save the ones you love

En période de stagnation, les bons d’achat sont la nouvelle monnaie - pour des hamburgers qui seront mangés à n’importe quel moment de l’« après-corona », pour les traitements cosmétiques ou pour le prochain match de handball des Hannover Recken. En seulement trois jours, Chris Tolksdorf, fondateur d’une agence de marketing de dialogue, a développé la plate-forme Stoyl . Des restaurateurs, des commerçants, des clubs ou des institutions publiques de Hanovre et Hildesheim proposent leurs produits et des services sur le site.

Il y a des actions semblables dans d’autres régions d’Allemagne. Mainz Liebe, Gutscheine statt Klopapier ou Veedelsretter à Cologne utilisent le principe des bons d’achat afin de soutenir des magasins, des bars, des restaurants et la culture.

www.instagram.com/starkeinnenstadtmuenster/
www.instagram.com/starkeinnenstadtmuenster/

Münster bringt’s!

L’idée n’est pas nouvelle et elle a été appliquée rapidement pendant la crise : une association de détaillants a lancé le projet Münster bringt’s! Près de 600 entreprises livrent à domicile – sans que le fournisseur et le destinataire n’entrent en contact. Leur initiative est également un appel aux citoyens pour qu’ils renoncent à leurs achats en ligne. « Chaque clic sur internet est une perte de vente pour la ville » souligne Linus Weistropp, responsable de l’« Initiative Starke Innenstadt Münster » au profit du centre de la ville. Il espère que cela va entraîner un changement dans la prise de conscience qui survivra à la crise. « Nous avons aussi dans notre ville tous les produits que les acheteurs trouvent en ligne » 

Mybudapester.com

Un immense entrepôt et aucune vente. Les commerçants du Ku’dam de Berlin, normalement si animé, sont sous le choc. Matthias Nebus et ses partenaires ont également dû fermer leur boutique à Berlin et Hambourg mais la distribution de leurs produits continue en ligne. Avec un programme d’aide, ils soutiennent d’autres commerçants vendant des articles haut de gammes comme des sacs, des chaussures et des accessoires mais n’ayant pas de shop en ligne. Ils font des photos des produits, les présentent sur leur site mybudapester.com et s’occupent de la livraison. Une commission n’est due qu’en cas de vente.  

 

Les bars du monde entier sont comme celui de Munich : déserts.
Les bars du monde entier sont comme celui de Munich : déserts. picture alliance / SvenSimon

Support your Münchner Drinks 

Le monde des boissons de Munich est jeune, créatif et, actuellement, son existence est en danger. Quelques unes des petites marques indépendantes résistent ensemble à la crise. « 90 pour cent de nos clients viennent du secteur de la restauration » explique Timo Thurner, cofondateur d’Aqua Monaco. « C’est pourquoi nous avons besoin de canaux de vente supplémentaires. » Sur www.muenchnerHYPERLINK "http://www.muenchner-drinks.de/"-HYPERLINK "http://www.muenchner-drinks.de/"drinks.de, on peut désormais passer commande aux prix des supermarchés. Un fournisseur fait partie de l’organisation et livre gratuitement des limonades au goût du jour, des gins de marques locales et des boissons à base de jus de fruits et d’eau gazeuse. 

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: