Miser sur les esprits

Le processus de rattrapage économique dans l’est de l’Allemagne stagne. Que faire ? Oliver Holtemöller, chercheur en économie, évoque les instruments de réglage.

Entrée du nouveau bâtiment pour la chimie de l’université technique de Dresde
Entrée du nouveau bâtiment pour la chimie de l’université technique de Dresde TUD/ tu-dresden.de

Monsieur le professeur Holtemöller, le processus de rattrapage économique dans l’est de l’Allemagne, après les rapides succès qui ont suivi la réunification en 1990, stagne à un niveau de 70 à 80 pour cent de celui de l’ouest de l’Allemagne. Peut-on encore atteindre le pourcentage manquant ? 
Cela dépend de ce à quoi on impute les 70 à 80 pour cent. Si l’on se rapporte au produit intérieur brut par habitant, qui est l’indicateur le plus utilisé, il est pratiquement impossible d’obtenir un plus grand rapprochement du fait du changement démographique plus important dans l’est de l’Allemagne où il y davantae de gens âgés que de jeunes. En matière de productivité, un nouveau rapprochement est souhaitable. Mais il y a de lourds handicaps liés à la capacité à innover. La recherche de pointe bénéficiant d’un soutien public a surtout lieu dans l’ouest de l’Allemagne et les dépenses privées liées à la recherche sont à l’est à un niveau bien inférieur à celui de l’ouest. De plus, la diversité et le caractère international qui sont également des stimulants pour l’innovation sont moins présents dans l’est de l’Allemagne. Il ne faut pas s’attendre à ce que, dans un proche avenir, la vitesse de convergence augmente.

Le professeur Oliver Holtemöller est vice-président de l’Institut de recherche économique à Halle.
Le professeur Oliver Holtemöller est vice-président de l’Institut de recherche économique à Halle.
IWH

Quels sont les points forts de l’industrie de l’est de l’Allemagne ?
En Allemagne, le secteur des services joue un rôle majeur pour la création d’emplois et la croissance économique. Dans l’industrie, le degré de connaissance est déterminant. Dans l’est, on manque d’entreprises phares. Iéna, axée sur l’industrie optique, est une région qui évolue de manière relativement dynamique.

Soutenir la culture d’accueil, la recherche de pointe et les créateurs d’entreprise dans l’est de l’Allemagne

Professeur Oliver Holtemöller de l’Institut de recherche économique de Halle (IWH)

Et quels sont les points faibles ?
Il y a deux grands chantiers : la démographie et la capacité d’innovation. Ils sont tous deux liés : si les Länder de l’est de l’Allemagne ne deviennent pas plus attractifs pour les personnels qualifiés, les problèmes économiques devraient augmenter. Cela va de l’éducation des jeunes enfants jusqu’à la culture d’accueil. Les universités devraient être soutenues de telle manière que, dans le domaine de la recherche de pointe, elles puissent mieux entrer en concurrence avec l’ouest de l’Allemagne et le reste du monde.

Interview: Martin Orth

© www.deutschland.de