L’urban farming au cœur de Berlin

Des fruits et des légumes cultivés dans d’anciennes usines : l’urban farming entre dans les villes allemandes

INFARM – Indoor Urban Farming GmbH

Poivrons, aubergines, salades et perches s’épanouissent entre les murs en briques d‘un ancien terrain industriel au sud de Berlin. Ici, à proximité du quartier branché de Tempelhof, la plus grande ferme urbaine d’Europe (affirme-t-elle) a ouvert ses portes au printemps 2015. L’entreprise ECF veut  élever chaque année 25 tonnes de perches et produire 30 tonnes de légumes sur les 1800 m² d’une ancienne fabrique de malt. Ce nouveau système s’appelle « aquaponique », un néologisme réunissant les mots « aquaculture » pour l’élevage de poissons et « hydroponique » pour la culture de plantes. Selon les experts, c‘est un développement prometteur qui combine la culture de légumes et l’élevage de poissons en un cercle fermé, à proximité des consommateurs.

Dans leur quête de nouvelles formes durables de production d’aliments, les chercheurs et les jeunes pousses misent en Allemagne sur différentes approches de l’urban farming. A Berlin, le milieu des nouveaux paysans urbains est particulièrement actif. La société Infarm, une jeune entreprise créée par de jeunes Israéliens, expérimente par exemple avec des jardins suspendus dans un loft dans le quartier de Kreuzberg.

Des légumes au stade de foot ?

Alors que, dans le jardinage urbain, les citadins cultivent des légumes pour leur propre consommation sur des terrains en friche ou dans des jardins ouvriers classiques, les paysans urbains s’attachent eux à la production d’aliments à grande échelle, voulant réussir au niveau économique. Les jeunes pousses ne peuvent pas encore nourrir les masses mais donnent de nouvelles impulsions. Et pas seulement dans des métropoles comme Berlin, ces projets existent dans tout le pays. Par exemple à Neuenburg am Rhein : une serre high-tech y a été construite pour un projet « aquaponique » à la suite des Floralies du Bade-Wurtemberg. Et à Freiburg, la capitale du mouvement écologique dans le sud du pays, l’idée d’un jeune créatif pour le nouveau stade du club de foot SC Freiburg a fait sensation. Jens Platen, âgé de 33 ans, a baptisé « Fussballfarm Freiburg » son projet de ferme« aquaponique » sur le toit du stade. « Cela n’est pas aussi étonnant qu’on le pense », disait-il au quotidien Badische Zeitung. La culture de légumes en haut, sur le toit, avec des tomates, des salades, des herbes aromatiques ; en-dessous, de grands aquariums pour l’élevage de poissons et, au rez-de-chaussée, du foot. Les habitants de Freiburg ne sont pas les seuls à s’étonner.

www.zfarm.net

© www.deutschland.de