Du carburant à partir de l’air

Une bonne idée venant d’Allemagne : une jeune entreprise de Karlsruhe transforme du CO2 en carburant propre. Le mode de fonctionnement de cette technologie d’avenir.

Philipp Engelkamp, Tim Böltken, Paolo Piermartini
Philipp Engelkamp, Tim Böltken, Paolo Piermartini Ineratec

Allemagne. Energie solaire et dioxyde de carbone (CO2), électricité verte et gaz à effet de serre : cela ne semble pas être des associations idéales. Elles permettent pourtant toutes deux de produire un carburant nouveau et respectueux de l’environnement. Pour cela, Tim Böltken, Philipp Engelkamp et Paolo Piermartini,  trois jeunes inventeurs de l‘Institut de technologie de Karlsruhe (KIT) ont fondé l’entreprise Ineratec.

Quelle en est l’idée ?

Le dioxyde de carbone est un composant naturel de l’air. Toutefois, l’augmentation anormalement élevée du CO2 causée par l’homme est une menace pour le climat de la planète. En l’alliant à de l’hydrogène, le CO2 peut être transformé en essence, diesel ou kérosène – on obtient l’hydrogène nécessaire par électrolyse au moyen de courant solaire. Les carburants ainsi produits sont climatiquement neutres car il est possible de rejeter dans l’environnement seulement autant de CO2 qu’il en a été préalablement prélevé dans l’air.   

Quel est le défi technique ?

Cela nécessite une interaction complexe d’unités de production – et le réacteur qui, en fin de processus, produit du carburant liquide à partir de dioxyde de carbone et d’hydrogène, était guère concevable jusqu’à récemment. Du moins pas à une taille permettant de l’associer de manière constructive à d’autres unités de production.  

Quelle est la solution ?

La start-up de l’université est parvenue à construire un réacteur pouvant être transporté sur un conteneur maritime. Cela a ouvert la voie à une coopération européenne : entre-temps, les 200 premiers litres de carburant synthétique ont été produits en Finlande. Le réacteur de Karlsruhe y est placé à côté d’une unité de « capture de l’air directe » qui filtre le dioxyde de carbone de l’air et d’une unité d’électrolyse qui fournit l’hydrogène à partir de l’énergie solaire. Ce nouveau type de centrale éveille un grand intérêt. 

Ineratec : du carburant écologique à partir de CO2. L’installation pilote se trouve en Finlande.
Ineratec : du carburant écologique à partir de CO2. Ineratec

Et quelle est la suite ?

Un projet pilote ne  peut bien sûr pas arrêter le changement climatique mais il y déjà des projets pour la suite.  A partir de mi 2018, le constructeur automobile allemand Audi veut, avec une installation munie d’un réacteur Ineratec, produire annuellement en Suisse jusqu’à 400 000 litres de ce que l’on appelle l’e-diesel. Il doit être distribué par des stations service partenaires. 

Pour tous autres renseignements : Ineratec

© www.deutschland.de