Apporter une aide en cas d’urgence

Elle ne connaît pas la peur : Fiona Bay, infirmière, est en mission au Yémen pour Médecins sans frontières. Elle fait part de ses expériences.

Fiona Bay est en mission au Yémen pour Médecins sans frontières
Fiona Bay est en mission au Yémen pour Médecins sans frontières 2018 Ärzte ohne Grenzen e.V.

Au Yémen la population civile souffre depuis des années énormément de la guerre : attaques aériennes, combats terrestres, infrastructures détruites, plus guère d’hôpitaux intacts, épidémies, famine. Les Nations Unies évoquent la plus grande catastrophe humanitaire au monde. Ceux qui veulent y apporter leur aide  doivent avoir les nerfs solides et faire face à de nombreux défis.  

« Je n’ai pas peur »

C’est le cas de Fiona Bay. Depuis novembre 2018, l’infirmière originaire du sud de l’Allemagne est en mission au Yémen pour l’organisation humanitaire privée Médecins sans frontières (MSF). A Amran, au nord de la capitale Sanaa, elle travaille dans deux hôpitaux en tant que responsable de l’équipe médicale. « Au cours de mes missions, je n’ai pas peur » déclare la jeune femme de 30 ans qui travaillait auparavant en Allemagne au service d’urgence d’une clinique et qui, depuis 2015, a été plusieurs fois en mission pour MSF – au Soudan du Sud, dans le nord-est du Nigeria, en Irak. « Je suis heureuse d’avoir les conditions médicales et psychiques nécessaires et de pouvoir faire du bien ». De plus, pour MSF, la sécurité est prioritaire. « Au Yémen les gens nous connaissent et nous apprécient ».

Ärzte ohne Grenzen (AöG), la section allemande de Médecins sans frontières, organisation indépendante d’aide médicale d’urgence française crée en 1971, intervient au Yémen depuis 2007. Actuellement, les équipes d’AöG apportent une aide dans quelque 70 pays. Financées par des dons privés, elles opèrent, aident lors des accouchements, soignent les personnes sous-alimentées, lancent des campagnes de vaccination. ÄoG envoie des collaborateurs de différentes professions – par exemple des pharmaciens, du personnel pour la logistique technique, des sages-femmes, des chirurgiens, et d’autres spécialistes.

Dépasser les limites de la pression pour sauver des vies

Dans son projet, Fiona Bay fait partie des cinq collaborateurs internationaux et des plus de 300 collaborateurs nationaux d’AöG. Elle ne soigne plus elle-même les patients. « Je fais surtout du travail de bureau. Je suis la coordinatrice entre les services et les deux cliniques, l’interlocutrice pour le personnel médical, je veille à l’approvisionnement en médicaments et je collecte des données, par exemple sur les nouveaux cas de choléra. »

Bay ajoute :  « ce n’est bien sûr pas toujours facile. Parfois, je désespère de voir l’inégalité devant la répartition de la qualité de vie dans le monde. » Elle est motivée par le défi : « chaque jour j’apprends quelque chose de nouveau et je dois dépasser mes limites » dit-elle «  et finalement nous sauvons des vies humaines ».

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany?
Subscribe here: