Des idées contre la faim

L’« Innovation Accelerator » du Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies à Munich veut lutter contre la faim. Des start-ups peuvent-elles résoudre des problèmes mondiaux?

Hydroponics Algeria : des îles vertes dans le désert.
Hydroponics Algeria : des îles vertes dans le désert. WFP/Nina Schroeder

Comment fonctionne la start-up sociale « Innovation Accelerator » ?
« Nous recherchons de nouvelles solutions aidant à lutter contre la faim dans le monde » déclare le directeur Bernhard Kowatsch. Les collaborateurs du Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies (PAM), les start-ups et autres générateurs d’idées du monde entier peuvent s’adresser au laboratoire créatif à Munich. Si le concept est prometteur, les teams sont invités à participer à un « Innovation Bootcamp » d’une semaine. Ils obtiennent un soutien allant de 50 000 à 100 000 euros et, pour réaliser leur idée, ils seront suivis par un coach et par le bureau national du PAM. 

Bernhard Kowatsch dirige l’Innovation Accelerator du Programme Alimentaire Mondial à Munich.
Bernhard Kowatsch dirige l’Innovation Accelerator du Programme Alimentaire Mondial à Munich.
WFP/Innovation Accelerator

De quelles idées s’agit-il ?
Il s’agit par exemple d’un système qui règle les achats des réfugiés dans les camps par la blockchain, technologie qui est aussi derrière la monnaie de l‘internet bitcoin. Le compte du réfugié ne se trouve pas dans une banque mais est déposé dans le fichier en tant que « E-Wallet », un porte-monnaie virtuel. « Cela nous permet d’économiser 98 pour cent des frais » déclare Kowatsch. 100 000 réfugiés en Jordanie en profitent déjà. En Algérie, des projets d’hydroculture donnent de l’espoir. Un agronome algérien ayant grandi lui-même dans un camp de réfugiés en a eu l’idée : l’hydroculture requiert beaucoup moins d’eau que l’agriculture traditionnelle. Avec cette méthode, on cultive maintenant dans 80 lieux du désert algérien de l’orge pour l’alimentation animale.

Le but est que l’idée apporte une aide à autant de personnes que possible.

Bernhard Kowatsch, directeur de l’Innovation Accelerator du Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies

De petites innovations peuvent-elles avoir un impact sur un problème d’une grande importance telle que celui de la faim ?
Le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde a malheureusement augmenté en 2017, après une longue évolution positive. « Cela est essentiellement dû aux conflits » explique Kowatsch. « S’ils ne cessent pas, nous ne parviendrons jamais à avoir un monde sans faim. Mais si les conditions sont remplies, nous pouvons y arriver ». L’« Innovation Accelerator » soutient uniquement des projets à grand effet. « Le but est que l’idée apporte une aide à autant de personnes que possible. »  

Pourquoi l’« Innovation Accelerator » est-il situé à Munich ?
 « Nous avons étudié dix emplacements, dont dans la Silicon Valley » dit Kowatsch. » Munich est convaincante car elle a un fort réseau de création d’entreprises, de nombreux organismes scientifiques et des entreprises innovatrices.  

Tout le monde peut-il soumettre une idée ?
Oui, en ligne sur innovation.wfp.org/apply.