« Flipped classroom » : apprendre sur un laptop

Le professeur Martin Bonnet enseigne sur YouTube – avec un succès convaincant. Voici comment fonctionne le concept.

Flipped classroom : l’amphithéâtre chez soi.
Flipped classroom : l’amphithéâtre chez soi. dpa

Allemagne. Martin Bonnet aime encore voir ses étudiants. Pourtant, il trouvait bizarre que des centaines d’entre eux prennent chaque jour le tram pour se rendre à l’université technique de Cologne où il enseigne la technique des matériaux « seulement pour l’écouter ». Il pense qu’« on peut mieux utiliser le temps passé à l’université : par l’interaction, en appliquant ce que l’on a appris ».

Voici comment fonctionne le concept « Flipped classroom »

Bonnet mise sur le concept « Flipped classroom » que l’on appelle aussi « classe inversée ». Les étudiants peuvent acquérir les connaissances à leur propre rythme sur vidéo, par exemple chez eux sur leur ordinateur portable. Il peuvent arrêter la vidéo, reculer, avancer jusqu’à ce qu’ils aient appris. 

Bonnet gère la chaîne YouTube « Welt der Werkstoffe »  consacrée à la technique des matériaux – et il a augmenté le succès de ses étudiants. Au quotidien « Bild », le plus grand journal à sensation d’Allemagne, il a déclaré : « Avant que je lance les vidéos, environ la moitié des étudiants échouaient aux examens. Maintenant ce ne sont plus que dix pour cent. »

Numérisation de l’enseignement supérieur

Le nouvel enseignement implique de nouvelles tâches – aussi bien pour les étudiants que pour les professeurs. Le forum de numérisation des universités considère que les professeurs ont davantage une « fonction d’accompagnement et de facilitation ». La transmission des connaissances se répartit en plusieurs rôles : « les didacticiens des médias contribuent à la forme didactique de l’enseignement, les programmateurs créent l’infrastructure technique, les assistants peuvent encadrer des groupes d’étudiants et ceux-ci, à l’aide d’examens par des pairs, peuvent eux-mêmes évaluer les performances de leurs condisciples ».        

Bonnet a tiré un enseignement : le Centre de développement de l’enseignement à l’université technique de Cologne lui a donné l’idée de transmettre le savoir par vidéo. Le professeur précise toutefois : « le média qu’est la vidéo doit aussi être adapté à la discipline et à la personnalité de l’enseignant ». Sa typlogie des professeurs, qui n’est pas à prendre complètement au sérieux, illustre ce qu’il veut dire : cela va de ceux qui, voulant « rester maladivement jeunes » consomment des boissons énergisantes aux « cœurs sensibles » qui essaient, avec les étudiants, de rattraper les points perdus.