La coopération en danger

Ce que signifie la guerre en Ukraine pour l’aérospatiale : la fin des coopérations et la situation dans la Station spatiale internationale ISS.

 La Station spatiale internationale ISS : un exemple réussi de coopération internationale
ISS : un exemple réussi de coopération internationale aapsky - stock.adobe.com

C’est en fait une grande success story : les coopérations au-delà des frontières ont largement boosté l’aérospatiale internationale ces dernières décennies. Mais l’agression de l’Ukraine par la Russie remet bien des choses en question, dans ce domaine aussi.

Quelles sont les conséquences de la guerre pour la coopération germano-russe dans l’espace ?

Le Centre aérospatial allemand (DLR) s’est clairement positionné : « Le DLR a des collaborateurs venant de 96 pays. Ils illustrent le vivre-ensemble pacifique de toutes les nations. Pour nous, la violence ne doit pas être un moyen pour imposer des objectifs de quelque nature que ce soit. Nous observons donc les événements en Ukraine avec une grande inquiétude et condamnons les actes de guerre russes » déclarait le DLR début mars 2022, quelques jours après l’attaque de l’Ukraine par la Russie. Le DLR en tirait les conséquences en cessant sa coopération avec les institutions russes dans des projets en cours ou en préparation. L’Agence spatiale européenne ESA a également réagi et a mis fin à sa coopération avec la Russie pour les missions d’étude de la lune et de Mars.

Que signifie l’agression de l‘Ukraine par la Russie pour la Station spatiale internationale ISS ?

Une fin de la coopération avec la Russie menace également pour l’exemple le plus en vue de la coopération spatiale internationale, la Station spatiale internationale. La perte de résultats issus d’une recherche commune serait grave pour la Russie et ses partenaires de longue date comme l’Allemagne. La Russie n’a pas exclu de détacher son module de l’ISS. Celle-ci vole toujours, en dépit des conflits sur Terre.  Ainsi, l’astronaute allemand Matthias Maurer a effectué comme prévu la dernière semaine de sa mission sur l’ISS avant de revenir sur Terre début mai. Il déclarait à propos des échanges avec ses confrères russes : « Là-haut, nous étions tous d’accord ; nous étions tous horrifiés et touchés par ce qui se passait sur Terre, il n’y avait aucune différence entre nous. »

© https://www.deutschland.de/fr

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: