« Les mots précèdent les actes »

« Le radicalisme de droite est un danger mortel », dit Timo Reinfrank, de la Fondation Amadeu Antonio.

Timo Reinfrank, président de la Fondation Amadeu Antonio
Timo Reinfrank, président de la Fondation Amadeu Antonio Amadeu Antonio Stiftung/Peter van Heesen

La Fondation Amadeu Antonio lutte depuis plus de 20 ans contre l’extrémisme de droite. Elle porte le nom de l’une des premières victimes de la violence d’extrême-droite en Allemagne après la réunification. On recense actuellement plus de 200 victimes tuées, selon les chiffres de la fondation.

M. Reinfrank, que signifie la hausse du nombre de victimes de la violence d’extrême-droite pour votre travail aujourd’hui ?

L’extrémisme de droite est un danger mortel. Il y a eu trois victimes tuées dans la seule année 2019 et dix personnes sont mortes lors de l’attentat à Hanau en février 2020. Depuis 2015 au plus tard, nous constatons une hausse massive de la propension à la violence dans les milieux d’extrême-droite, violence qui n’est plus seulement dirigée contre les migrants et les réfugiés mais aussi contre tous les représentants de notre système démocratique. Les extrémistes de droite ont déclaré la guerre à la démocratie.

Les extrémistes de droite ont déclaré la guerre à la démocratie.

Timo Reinfrank, président de la Fondation Amadeu-Antonio

Comment l‘attentat à Hanau change-t-il votre regard sur la situation en Allemagne ?

Hanau nous a montré une fois de plus montré combien se sont radicalisées les idées racistes et d’extrême-droite et où mène le harcèlement des acteurs d’extrême-droite : les mots précèdent les actes. On voit aussi que nous avons de plus en plus affaire à un mouvement de « suprématie blanche » dans un monde des idées globalisé.

Heiko Maas, l’actuel ministre des Affaires étrangères, a créé en 2015, alors qu’il était ministre fédéral de la Justice, un groupe de travail sur la manière d’aborder les messages haineux sur la Toile. La Fondation Amadeu Antonio y a participé. Quel rôle jouent les réseaux sociaux ?

L’espace numérique reste un catalysateur de la haîne et du harcèlement qui finissent par conduire à la violence et aux attentats. On sous-estime la dynamique sur les réseaux sociaux. Nous devons tout faire pour qu’une minorité bruyante cesse d’y donner le ton. Le gouvernement fédéral a lancé différentes mesures avec son projet de loi contre l’extrémisme de droite et la criminalité issue de la haine – dans le monde numérique aussi.

Semaines internationales contre le racisme du 16 au 29 mars 2020

Interview: Helen Sibum

Internationale Wochen gegen Rassismus vom 16. bis 29. März 2020

© www.deutschland.de/fr

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: