Sur les traces de femmes célèbres

Dans ce voyage à travers l’Allemagne, vous ferez la connaissance de quatre Allemandes que leur talent et leur engagement ont rendu célèbres.

Des lieux rappelant des femmes importantes en Allemagne
Des lieux rappelant des femmes importantes en Allemagne iStock/Radiokukka

Découvrir le Berlin de Marlène Dietrich              

Marlene Dietrich (1901–1992) fait partie des rares Allemandes qui ont réussi à Hollywood. Des films comme « L’Ange bleu » ou « Son plus grand bluff » en ont fait une star. On trouve encore des traces de cette icone dans sa ville natale, Berlin, par exemple à la Cinémathèque allemande, au 2 de la rue Potsdamer Strasse, qui accueille le legs de Marlene Dietrich : des costumes, des bijoux, des photos et des extraits de films. Une place dans le quartier de Tiergarten porte son nom, un cénotaphe lui est dédié au cimetière de Berlin-Schöneberg III. Et on entend parfois sa voix lascive interprétant « Ich bin von Kopf bis Fuß auf Liebe eingestellt » ou « Lilli Marleen » au Marlene Bar de l’hôtel Interconti.

 

Se laisser ravir par l’art et la nature      

Gabriele Münter (1877–1962) aurait tellement aimé étudier aux Beaux-Arts. Mais, à son époque, on refusait ce type de formation aux femmes. Si Münter compte parmi les grandes expressionnistes allemandes, c’est grâce à son talent et son opiniâtreté. Elle a évolué dans le milieu des artistes sa vie durant et fut l’amie du peintre Vassili Kandinsky jusqu’à la Première Guerre mondiale. La maison à Murnau, où elle vivait avec Kandinsky, est un merveilleux lieu du souvenir dans la nature, avec des tableaux des deux habitants et les meubles qu’ils ont peints. On peut aussi admirer l’art de Münter à la Lenbach-Haus à Munich.

La fille de Marlene Dietrich, Maria Riva, à la Cinémathèque de Berlin.
La fille de Marlene Dietrich, Maria Riva, à la Cinémathèque de Berlin. dpa

Tirer un enseignement du destin d’Anne Frank               

Le 1er août 1944, Anne Frank (1929–1945) écrit pour la dernière fois dans son journal. Quelques jours plus tard, la police la tire, avec sa famille, de sa cachette dans un immeuble donnant sur une cour intérieure à Amsterdam. Ils y avaient trouvé refuge depuis le mois de juillet 1942 après avoir quitté Francfort-sur-le-Main pour fuir les nazis. Dans le quartier francfortois de Dornbusch, des plaques commémoratives indiquent sa maison natale et la maison de son enfance. Dans le centre « Bildungsstätte Anne Frank » à Francfort, un laboratoire pédagogique moderne et interactif raconte l’histoire de cette jeune fille, sensibilisant les visiteurs à la cruauté de l’Holocauste.

 Dunkle Geschichte im Lichthof erfahren

Sophie Scholl (1921–1943) a été exécutée parce qu’elle distribuait des tracts appelant à la chute du régime nazi à l’université Ludwig-Maximilian de Munich. Un facsimile des tracts est aujourd’hui encastré dans le sol devant l’université. De là, il suffit de quelques pas pour arriver dans la cour de l’université où une gerbe est déposée chaque mois de février pour commémorer sa mort. Derrière, un mémorial informe sur les membres du groupe « Weisse Rose », qui sont aujourd’hui encore des exemples de résistance non-violente. La tombe de Sophie Scholl dans la forêt de Perlach, près de Munich, est également un lieu de souvenir remarquable.

Sur la Geschwister-Scholl-Platz, des tracts sont encastrés dans le sol à titre de souvenir.
Sur la Geschwister-Scholl-Platz, des tracts sont encastrés dans le sol à titre de souvenir.
dpa

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany?
Subscribe here: