Les maisons multi-générationnelles réunissent jeunes et vieux

Cela rappelle une grande famille : dans les maisons multi-générationnelles, toutes les tranches d’âge se retrouvent, du bébé à l’octogénaire. Un projet convaincant en ces temps de mutation sociale et démographique.

picture-alliance/dpa

Emily et son arrière-grand-mère prennent chaque matin le même chemin. La petite fille joue dans la journée dans la Kinderhaus Salzgitter et son arrière-grand-mère est prise en charge dans le même établissement. Souffrant de démence, elle passe la journée dans le service de soins de jour aux personnes âgées. Mais les trajets sont courts dans les couloirs. La porte donnant sur l’autre service est toujours ouverte pour les enfants et les personnes âgées. Cet exemple tiré de la maison multi-générationnelle de Salzgitter montre comment ces centres fonctionnent : on élimine les barrières artificielles entre jeunes et vieux qui se rencontrent à leur gré et tout naturellement.

L’âme de ces maisons est le « lieu de rencontre ouvert », c’est-à-dire une cafétéria ou un bistro où tout le monde est le bienvenu. Sinon, chaque maison multi-générationnelle est individuelle, chacune a ses accents particuliers. On y donne des cours de téléphone portable pour les seniors, on y aide les élèves à faire leurs devoirs, on y tient des « conversations culinaires internationales » pour les habitants aux origines les plus diverses, ou encore des cours d’art et de théâtre.

En 2006, la ministre de la Famille de l’époque, Ursula von der Leyen (CDU), avait lancé ces établissements dans les communes pour réunir sous un même toit les groupes jusque-là isolés, jardins d’enfants, lieux de rencontre des jeunes, centres maternels, centres de rencontres pour personnes âgées, centres conseils, etc. Le centre maternel de Salzgitter servit de modèle, il fut en effet la première maison multi-générationnelle en Allemagne. Cette initiative est née du constat de la mutation des structures sociales en Allemagne. Le modèle traditionnel de la grande famille, où plusieurs générations vivent sous un même toit ou à proximité immédiate, est de plus en plus rare. Les maisons multi-générationnelles offrent une alternative aux personnes âgées qui se sentent seules ou aux jeunes familles sans grands-parents qui recherchent un soutien dans le voisinage.

En 2012, le ministère fédéral de la Famille, des Personnes âgées, de la Condition féminine et de la Jeunesse lança un programme consécutif, Maisons multi-générationnelles II, qui soutient 450 établissements. Ce soutien financier fait partie de la stratégie démographique du gouvernement fédéral. Aujourd’hui, en Allemagne, presque tous les cantons et villes ont leur maison multi-générationnelle. Tous les participants au deuxième programme sont en outre cofinancés par des subventions du Fonds social européen (FSE).

Ces « salons publics » illustrent l’élaboration de nouveaux concepts dans un Etat social moderne. L’aide institutionnelle classique et le bénévolat s’y associent. Mais ils sont plus encore. « Le bonheur vient rarement seul », dit le Dr. Eckart von Hirschhausen, médecin, auteur, animateur et parrain de la maison multi-générationnelle de Berlin-Zehlendorf. C’est pourquoi les maisons multi-générationnelles sont un modèle riche d’avenir : apprendre les uns des autres, être utile, partager son plaisir ; tous les ingrédients pour être heureux ! »

www.mehrgenerationenhaeuser.de

© www.deutschland.de