Une entrepreneure à l'esprit d'équipe

De nombreuses associations sportives allemandes font face à de grandes difficultés. Une start-up sociale leur vient en aide.

Les associations sportives ne peuvent fonctionner qu'avec des bénévoles.
Les associations sportives ne peuvent fonctionner qu'avec des bénévoles. Shaiith/Fotolia

Allemagne. Environ 27,5 millions de personnes en Allemagne sont membres d'un club sportif, ce qui représente plus d'un tiers de la population. Gérer une association sportive n'est pas une mince affaire: il faut gérer à la fois les finances, l'organisation des entraînements, l'équipement... et bien plus encore. La plupart des clubs sportifs n'ayant pas d'employés, ces tâches sont en outre assurées par des bénévoles. Anke Kochenburger connaît bien les problèmes auxquels sont confrontées les associations sportives, et a des solutions à leur proposer.

Anke Kochenburger, fondatrice de Verein+
Anke Kochenburger, fondatrice de Verein+ Eric Remann

Le problème de nombreux clubs sportifs

„Un tiers des associations allemandes ont des problèmes financiers“, explique la juriste Anke Kochenburger, qui vient d'une famille qui aime le sport: „J'ai grandi au sein d'un club sportif.“ Lorsqu'elle a souhaité entreprendre une reconversion professionnelle il y a quelques années, c'était évidemment dans le domaine du sport. Anke Kochenburger a étudié le management sportif et a été manageuse au sein d'une grande association sportive. C'est également dans ce cadre qu'elle a pu se faire une idée précise du quotidien des clubs sportifs. „De plus en plus de tâches incombent aux clubs, qu'il s'agisse d'informatique, de collecte de fonds ou de management des bénévoles, tandis que ceux qui les subventionnent – en premier lieu les villes et les communautés  – ont des moyens financiers de plus en plus limités.

Un tiers des associations allemandes ont des problèmes financiers.

Anke Kochenburger, fondatrice de Verein+

L'idée

Anke Kochenburger a créé Verein+, un bureau de conseil et de service destiné aux associations. „Je regarde: Où est-ce que se trouve l'association? Comment soulager le bureau de l'association?“ En concertation avec les responsables des clubs sportifs, elle réfléchit à la manière dont les différentes tâches pourraient être accomplies de manière plus efficace ou bien si celles-ci devraient être externalisées, et confiées par exemple à Verein+. Anke Kochenburger centralise également les achats de différentes associations: „Si vous achetez 1.000 balles de ping-pong plutôt que 100, vous obtenez un meilleur prix d'achat.“

Le chemin

Anke Kochenburger a présenté son idée lors d'un „pitch event“ au Social Impact Lab, à Francfort-sur-le-Main. Les participants, des fondateurs de start-ups, disposaient chacun de cinq minutes pour présenter leur projet à un jury. Condition indispensable: l'idée commerciale devait être une solution à un problème sociétal. Anke Kochenburger est parvenue à gagner le jury à sa cause et a ainsi pu bénéficier d'un programme de soutien. „Cela m'a aidée énormément. Notamment le fait d'être en contact avec d'autres fondateurs de start-ups, cela crée beaucoup d'émulation.“ Elle a également créé avec d'autres entrepreneurs sociaux du domaine du sport l'association sport support NOW, qui soutient les échanges entre les clubs sportifs et les aide à être mieux préparés face aux mutations du secteur, notamment au manque de jeunes sportifs et de bénévoles.

Verein+

Social Impact Lab

© www.deutschland.de