Proscrire les armes nucléaires

L’Allemagne veut un monde sans armes nucléaires – tout en empruntant une autre voie que celle de l’ICAN, lauréate du prix Nobel de la paix. Nous en donnons les raisons.

Manifestation contre les armes nucléaires à Berlin
Manifestation contre les armes nucléaires à Berlin dpa

Le 10 décembre 2017, la Coalition internationale pour l’abolition des armes nucléaires, ICAN, reçoit à Oslo le Prix Nobel de la paix. Lorsque le Comité Nobel a annoncé sa décision, le ministre fédéral des Affaires étrangères Sigmar Gabriel a été l’un des premiers à exprimer ses félicitations. « Ce prix est la reconnaissance du travail de l’ICAN et de toutes les autres organisations qui s’engagent en faveur d’un monde sans armes nucléaires » a déclaré Sigmar Gabriel. Cela montre à quel point le comité du prix Nobel est conscient du danger grandissant dû aux armes nucléaires. L’Allemagne partage l’objectif d’un monde sans armes nucléaires mais n’est pas toujours d’accord sur la voie à emprunter pour y parvenir. Un aperçu des différences d’opinion et des points communs.

Y a-t-il aussi une  ICAN en Allemagne ?

Oui, la section allemande est depuis 2014 une association reconnue d’utilité publique et elle est membre de l’alliance mondiale ICAN de plus de 450 organisations dans 100 pays. Jusqu’en juillet 2017, ICAN Deutschland a accompagné le processus menant au traité d’interdiction des armes nucléaires de l’ONU. L’organisation s’engage maintenant pour la signature, la ratification et l’adoption du traité – un instrument pour l’abolition des armes nucléaires.    
 

Qu’est-ce qui sépare l’Allemagne et l’ICAN ?

L’Allemagne n’a pas signé le traité de l’ONU pour une interdiction des armes nucléaires – et est critiquée par l’ICAN pour cette raison. Mais le gouvernement allemand approuve « l’engagement pour le désarmement et l’objectif d’un monde sans armes nucléaires » explique le ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel. L’Allemagne qui n’a pas elle-même d’armes nucléaires voit encore actuellement la nécessité de maintenir la dissuasion nucléaire. Les initiatives unilatérales de désarmement paraissent trop impondérables. 122 Etats ont signé le traité d’interdiction des armes nucléaires, mais aucun d’entre eux n’est membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU – la Chine, la France, la Grande-Bretagne, la Russie ou les Etats-Unis.

Que fait l’Allemagne en matière de désarmement ?

Le gouvernement allemand coopère à l’Initiative de non-prolifération et de désarmement (NPDI) avec onze pays non dotés d’armes nucléaires afin, par le dialogue avec les membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU, d’insister pour que des progrès soient faits pour le désarmement nucléaire. En collaboration avec le Canada et les Pays-Bas, l‘Allemagne a en outre initié un processus devant mener à des négociations sur l’interdiction de fabriquer des matières fissiles. Contrairement à ce qui concerne le traité d’interdiction, les membre permanents du conseil de Sécurité de l’ONU participent à ce processus.   

Remise du prix Nobel de la paix à l’ICAN le 10 décembre 2017

© www.deutschland.de