En mission pour la paix

La principale mission de l’ONU est de garantir la paix. L’Allemagne participe à de nombreuses missions avec des soldats et des soldates, des policiers et des forces civiles.

Les missions de paix de l’ONU : les Casques bleus allemands
Kay Nietfeld/dpa

Les Nations unies sont le plus grand pres-tataire de services pour la paix dans le monde. Les missions de paix sont le symbole même des Nations unies. Conformément à la Charte des Nations unies, le Conseil de sécurité assume la responsabilité de la paix mondiale et de la sécurité internationale. Il peut mandater une mission de paix pour assumer concrètement cette responsabilité. La communauté internationale est alors appelée à participer à sa réalisation, en mettant par exemple des troupes à disposition. Dans nombre de zones de conflits, ces missions sont le seul instrument international pour protéger les populations et assurer les premiers pas menant à une stabilisation.

Il y a des missions de « peacekeeping » mobilisant des militaires mais aussi des policiers et du personnel civil. Les pays africains et asiatiques sont ceux envoyant le plus de troupes. Actuellement, plus de 100 000 « peacekeepers » venant de 123 pays remplissent actuellement quatorze missions de maintien de la paix. L’idée qui les soutend est qu’une présence neutre, légitimée par l’ONU et financée de manière multilatérale lors d’un conflit contribue à la réduction des tensions, à la protection de la société civile, au respect des droits de l’homme, à la garantie de la prestation d’aide humanitaire et au maintien de la paix. Les principes fondant le « peacekeeping » sont la neutralité, le renoncement à la violence à l’exception de l’autodéfense, l’exécution du mandat et l’accord du pays où se déroule la mission.

Les missions de maintien de la paix décidées par le Conseil de sécurité sont – en fonction du mandat – de plus en plus multidimensionelles. Cela signifie que, outre le « peacekeeping » classique comme l’observation militaire d’une frontière ou d’un cessez-le-feu, les missions remplissent aussi aujourd’hui des fonctions policières et civiles pour promouvoir la paix et la sécurité. Dans nombre de contextes de crise, les missions de l’ONU travaillent main dans la main avec des missions de l’Union européenne (UE) ou de l’Union africaine (UA).

À côté des missions de « peacekeeping », il y a aussi des « missions politiques spéciales » qui sont exclusivement chargées de la gestion civile des conflits et portent sur des missions spécifiques à un pays ou des bureaux régionaux. Ces missions soutiennent par exemple la négociation ou la mise en place d’accords de paix et permettent de consolider la paix, d’éviter les conflits et de soutenir les transitions politiques complexes.

L’engagement allemand dans les missions de paix de l’ONU est une partie importante de la politique étrangère et de sécurité allemande. Actuellement, l’Allemagne participe avec du personnel à sept missions de maintien de la paix et à deux missions politiques spéciales. L’Allemagne est en outre la quatrième contributeur au budget des missions de paix et l’un des plus importants donateurs volontaires à l’ONU dans le domaine de la prévention des crises et de la stabilisation. Le centre de formation onusien de l’armée allemande (la Bundeswehr) à Hammelburg ou le Centre des missions de paix internationales (ZIF) à Berlin, qui recrute, forme et gère des spécialistes, font également partie de l’engagement allemand à la paix dans le monde dans le cadre des Nations unies.
 

Les missions de paix de l’ONU auxquelles l’Allemagne participe au printemps 2019 :
 

Mali / MINUSMA Le plus important engagement de la Bundeswehr à l’étranger dans le cadre d’une mission de l’ONU est sa participation, allant jusqu’à 1100 soldates et soldats, à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Après les premières élections libres qui se sont déroulées en 1992, le Mali a longtemps été considéré comme un modèle de démocratie en Afrique de l’Ouest. Mais le pays est tombé dans le chaos après un putsch militaire, des troubles armés et la progression des islamistes militants dans le nord du pays. À la mi-2015, les parties en conflit signèrent un accord de paix à Alger. La mission de paix de l’ONU doit soutenir l’application de l’accord de paix conclu entre le gouvernement malien et les rebelles. L’accent est mis sur le renforcement des structures étatiques dans le nord du pays, sur la protection de la population civile et sur la stabilisation des zones touchées par le conflit.

La Bundeswehr apporte ainsi une importante contribution au rétablissement d’un ordre étatique dans le nord du Mali et, par-là, à la paix et à la stabilité dans le pays. Cela un impact positif direct sur la stabilité de toute la région du Sahel, Les succès sont tangibles : le cessez-le-feu entre les parties en conflit est en grande partie respecté, l’accès au nord du Mali a été amélioré et les élections présidentielles se sont déroulées de manière largement pacifique en 2018. Par ailleurs, l’engagement allemand au Mali se déroule avec une approche en réseau qui associe les participations militaires aux missions internationales de l’ONU et de l’UE, les projets civils de stabilisation, la coopération pour le développement et l’aide humanitaire.

Plus de 50 nations participent à la mission de stabilisation au Mali, avec 13 000 soldats portant le casque bleu, 1500 policières et policiers et du personnel civil. La plus grande partie du contingent allemand est stationnée à Gao (Camp Castor), dans le nord du Mali. Mais l’Allemagne met aussi du personnel à la disposition du quartier général à Bamako et gère une base de transport aérien à Niamey, la capitale du pays voisin, le Niger. L’Allemagne s’engage aussi au Mali avec la mission civile de l’Union européenne EUCAP Sahel Mali ainsi que dans l’EUTM Mali, la mission de conseil et de formation de l’UE.

Liban / FINUL La mission d’observation Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) œuvre depuis 1978 à la paix entre le Liban et Israël. C’est l’une des plus anciennes missions d’observation actives de l’ONU et contribue à la stabilité dans la région. Son mandat a été élargi en 2006 et une unité navale – la seule composante maritime dans des missions onusiennes à ce jour – a rejoint la mission. Au début, la mission maritime consistait en une simple surveillance de la mer. Aujourd’hui, la marine libanaise jouit également de son soutien afin  qu’elle puisse un jour protéger elle-même les frontières maritimes du pays. Nombre de soldats libanais ont participé à des modules de formation donnés par des soldats de marine allemands. Des soldats allemands sont également présents à bord d’une corvette de l’unité navale, dans le quartier général de la FINUL à Naqoura et dans un groupe d’appui à Chypre. La Bundeswehr met à disposition des navires et du personnel depuis le début de l’opération. En mars 2019, 125 soldats allemands y participaient, le plafond du mandat se situant à 300.

Sahara occidental / MINURSO La Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO) surveille le cessez-le-feu entre le Maroc et le mouvement indépendantiste du Front Polisario. À la suite d’une décision prise par le gouvernement fédéral le 16 octobre 2013, l’Allemagne envoie pour une durée illimitée jusqu’à quatre observateurs militaires à la MINURSO jusqu’à la fin du mandat onusien. Actuellement, deux observateurs participent à la mission. Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, l’ex-président fédéral Horst Köhler s’efforce en outre de trouver une solution politique au conflit.

Soudan du Sud / MINUSS La République du Soudan du Sud, fondée en 2011, est le plus jeune Etat de la planéte. Les tâches de la Mission des Nations unies dans la République du Soudan du Sud (MINUSS) sont la protection de la population civile, l’observation de la situation des droits de l’homme et la garantie de l’accès de l’aide humanitaire. Le mandat compte jusqu’à 50 soldats allemands.

Soudan / MINUAD L’Opération hybride Union africaine-Nations unies au Darfour (MINUAD) a été conjointement mise en place par le Conseil de sécurité et l’Union africaine en 2007 pour protéger la population, faciliter la fourniture de l’aide humanitaire, servir de médiateur entre le gouvernement du Soudan et les mouvements armés et soutenir les efforts de médiation dans les conflits locaux qui pourraient menacer la situation sécuritaire. Des mesures de lutte contre leurs causes plus profondes sont également identifiées en coopération avec le gouvernement soudanais, l’équipe de l’ONU au Soudan et la société civile. Le mandat allemand comprend depuis 2012 jusqu’à 50 soldats et 15 policiers.

Libye / MANUL La Mission d’appui des Nations unies en Libye (MANUL) est une mission politique intégrée qui existe depuis 2011 en Libye. Elle est chargée par le Conseil de sécurité d’apporter un appui par la médiation dans le cadre de l’Accord politique libyen.

Somalie / MANUSOM Des policières et policiers allemands appuient la consolidation de la paix et la construction de l’État en Somalie dans le cadre de la Mission d’assistance des Nations unies en Somalie (MANUSOM), proposant des conseils politiques stratégiques et œuvrant à la formation de la police somalienne. La décision prise en 2015 par le gouvernement allemand prévoit un plafond de cinq policiers pour cette mission, trois étant actuellement en activité. Depuis le début du mois de février 2019, la composante policière de la MANUSOM est à nouveau placée sous une direction allemande.

Haïti / MINUJUSTH Après la conclusion pacifique des élections en février 2017 et la formation d’un gouvernement, Haïti a renoué avec une certains stabilité politique. La composante militaire de la mission MINUSTAH précédente des Nations unies a donc été supprimée et la Mission des Nations Unies pour l’appui à la Justice en Haïti (MINUJUSTH) a été mise en place en octobre 2017. Elle aide le gouvernement haïtien à renforcer les institutions de l’État de droit, appuye la police nationale haïtienne, surveille le respect des droits de l’homme et soutient Haïti dans la création d’institutions d’État de droit. L’Allemagne y contribue avec 20 policiers, conformément à un décret du gouvernement.

Kosovo / MINUK Des policières et des policiers allemands participent à la Mission d’administration intérimaire des Nations unies au Kosovo (MINUK). Cette mission surtout civile, existant depuis 1999, a pour mandat de garantir les conditions nécessaires à un vivre-ensemble pacifique de tous les habitants du Kosovo et, ainsi, de faire progresser la stabilité régionale dans les Balkans occidentaux.

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany?
Subscribe here: