« Un nouvel intérêt pour la mode allemande »

Christiane Arp, rédactrice en chef de « Vogue » Allemagne, explique pourquoi Berlin est un hot sport de la mode internationale.

Christiane Arp, rédactrice en chef de « Vogue » Allemagne
Christiane Arp, rédactrice en chef de « Vogue » Allemagne Ralph Mecke

Mme Arp, l’Allemagne est connue pour ses voitures, le football et sa bière. La mode made in Germany est-elle méconnue ?
En Allemagne, nous sommes dans une situation où la mode, comme dans d’autres grands pays de la couture, est en train d’être prise au sérieux comme faisant partie de la culture. Je ressens depuis quelque temps un nouvel intérêt pour la mode allemande.

Berlin est un creuset créatif au cœur de l’Europe

Christiane Arp, rédactrice en chef de « Vogue » Allemagne

Qu’a Berlin que Paris, Milan ou New York n’ont pas ? 
Ce qui est intéressant dans la mode allemande, c’est qu’il n’y a pas de style allemand mais que nous proposons, avec Berlin au cœur de l’Europe, un creuset créatif pour les talents de différentes tendances. Les décideurs du secteur viennent à Berlin parce qu’ils y découvrent quelque chose de nouveau et y connaissent des surprises. La mode allemande n’est pas obligée de ressembler à celle de Paris, Londres ou New York.

En 40 années de « Vogue », la mode mais aussi le journalisme sur la mode ont changé, avec les blogueurs par exemple. Y voyez-vous la fin du journalisme sérieux ou un nouvel accès à la mode ?
Naguère, la nouvelle collection était d’abord présentée dans les magazines, aujourd’hui, on la retransmet en direct des podiums. La mission d’un magazine a ainsi changé : nous concevons, classons, mettons en scène, inspirons. Un journalisme de mode sérieux n’est pas une question de support mais de conscience professionnelle et de compétence. 

Nous ne pouvons pas nous permettre que les jeunes créateurs quittent l’Allemagne.

Christiane Arp, rédactrice en chef de « Vogue » Allemagne

En 2015, vous avez créé le Fashion Council Germany. Qu’a réalisé ce conseil de la mode allemand à ce jour ?
Nous avons créé un lobby et donné une voix, un point de rassemblement aux nombreux stylistes talentueux qui vivent en Allemagne. Nous avons soulevé l’intérêt des responsables politiques allemands et sommes également pris au sérieux à l’international, par exemple avec notre présentation des stylistes lors de la Fashion Week à Paris. 

Depuis huit ans, vous promouvez avec Vogue Salon les jeunes créateurs. Qui sont actuellement les couturiers les plus intéressants du pays ?
C’est comme si vous demandiez à une mère lequel de ses enfants elle préfère. Je suis ravie d’accueillir, avec Julia Heuer, un nouveau talent à Vogue Salon.

© www.deutschland.de

Newsletter #UpdateGermany: You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here to: