De grandes histoires

Quels films allemands connaissent le plus grand succès au niveau international ? Mariette Rissenbeek, future directrice de la Berlinale, apporte une réponse.

Sandra Hüller et « Toni Erdmann »
Sandra Hüller et « Toni Erdmann » Komplizen Film/NFP/dpa

Peu de personnes connaissent le monde cinématographique allemand aussi bien que la Néerlandaise Mariette Rissenbeek, directrice de German Films, la représentation à l’étranger des intérêts des productions allemandes du cinéma et de la  télévision. A partir de 2020, Mariette Rissenbeek, en collaboration avec l’Italien Carlo Chatrian, dirigera la Berlinale

Mariette Rissenbeek, directrice de German Films
Mariette Rissenbeek, directrice de German Films dpa

Madame Rissenbeek, qu’est-ce qui rend les films allemands attractifs au niveau international ?
La qualité de la production des films est de haut niveau : même un film allemand à petit budget est en règle générale réalisé avec soin – du montage à la qualité des acteurs en passant par les couleurs. Les spectateurs habitués à voir par exemple des films américains ne doivent pas s’adapter et ont également un grand choix de contenus.

Vous pouvez donner des exemples de cette diversité ?
Cela peut être aussi bien des films d’horreur et des thrillers psychologiques que des drames historiques ou des histoires de famille. La subtile tragi-comédie  « Toni Erdmann » qui a rencontré un succès international, raconte par exemple une histoire de famille. Les films traitant de l’histoire allemande suscitent un grand intérêt. C’est le cas de « Fritz Bauer un héros allemand » ou de  « Le labyrinthe du silence » traitant tous deux du procès de Francfort sur Auschwitz. Des films tels que le film dramatique « Herbert » sur un boxeur vieillissant et « All Good » racontant les malheurs d’une jeune femme éveillent également l’enthousiasme dans le monde entier.

Quels pays manifestent actuellement un intérêt particulier pour les films allemands ?
Par exemple en Asie. Au Japon, où, avec German films, nous avons rencontré de nombreux distributeurs en 2018, il y a un grand intérêt pour les films basés sur l’histoire de la musique et de la littérature allemandes. En Chine, au 6e Festival du film allemand à Pékin et à Chengdu, nous avons présenté entre autres « The invisibles » sur les juifs forcés de se cacher dans le Berlin de l’époque nazie, tout comme « In the Fade » de Fatih Akin, dont le sujet est la violence actuelle d’extrême droite. Ces deux films ont rencontré un très grand succès. En Chine, il y a un jeune public qui, en dehors des superproductions chinoises et américaines, aime se pencher sur des thèmes politiques.     

Interview : Johannes Göbel

© www.deutschland.de

Newsletter #UpdateGermany: You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here to: