« Un grand bénéfice »

L’opinion du président de la Chambre européenne du commerce en Chine sur l’accord sur les investissements et ce qu’il signifie pour l’Europe

Jörg Wuttke, président de la Chambre européenne du commerce en Chine
Jörg Wuttke, président de la Chambre européenne du commerce en Chine dpa

La Chine est, derrière les Etats-Unis, le deuxième plus grand partenaire commercial de l’Union européenne. Le volume des échanges a été multiplié par huit entre 2000 et 2019, se situant à 560 milliards d’euros en 2019. Les investissements directs européens en Chine s’élèvent à 140 milliards d’euros depuis 2000, et les investissements chinois dans l’UE à 120 milliards d’euros. Ces chiffres montrent combien les deux espaces économiques sont liés et illustrent leur intérêt à poursuivre leur coopération. La Chambre européenne du commerce en Chine représente les intérêts de l’économie européenne en Chine. Elle réunit 1.700 personnes et entreprises. Leur président, l’Allemand Jörg Wuttke, vit en Chine depuis 30 ans. Nous l’avons interviewé juste avant la conclusion de l’accord sur les investissements.

M. Wuttke, vous avez contribué indirectement à l’accord sur les investissements entre l’UE et la Chine. Vous réjouissez-vous de sa conclusion ?

Oui, nous avons sans cesse soumis des positions et des documents et nous réjouissons du résultat. L’accord sur les investissements offre maintenant aux investisseurs européens un accès incomparable au marché chinois. Il contribuera à créer des conditions concurrentielles égales pour les entreprises de l’UE en Chine et leur permettra de créer des entreprises ou d’acheter des parts dans des secteurs clés.

Les négociations ont duré sept ans. Comment a-t-on fini par y arriver ?

En mai 2020, je pensais que c’était mort. Je n’avais pas l’impression que la Chine voulait ouvrir son marché plus avant. Mais la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne a indiqué une date limite et le président chinois a pris les choses en main. Fin 2020, le résultat a été meilleur que ce que l’on pensait.

Certains observateurs estiment que l’UE a obtenu avec cet accord sur les investissements plus que la Chine…

Cette impression est uniquement due au fait que les portes étaient déjà largement ouvertes aux investissements dans l’UE.

L’accord sur les investissements offre aux investisseurs européens un accès incomparable au marché chinois. 

Jörg Wuttke, président de la Chambre européenne du commerce en Chine

Le conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis a-t-il joué un rôle en arrière-plan ?

Oui, la Chine est soumise à une forte pression depuis trois ans et voulait montrer qu’elle peut agir au niveau politique. Comme le montre aussi l’accord de libre-échange de la Chine avec 14 autres pays asiatiques. Cela a été un premier succès. La Chine voulait maintenant obtenir aussi un accord avec l’Union européenne, c’est finalement un grand bénéfice politique.

Que va-t-il maintenant se passer ?

Les textes sont actuellement en cours de finalisation des deux côtés, puis seront vérifiés au niveau juridique et traduits. On pourra alors le soumettre au Conseil européen et au Parlement européen pour qu’ils le valident. Cela se fera probablement au quatrième trimestre ou début 2022, quand la France assumera la présidence du Conseil de l’Union européenne.

© www.deutschland.de