La ville saine

A quoi doit ressembler une ville où les gens se sentent bien ? Le neuro-urbaniste Mazda Adli nous l’explique.

A Berlin les rues invitent à flâner
A Berlin les rues invitent à flâner picture alliance / dpa-tmn
Kim Berg
Kim Berg

Selon l’ONU, en 2050, environ 70 pour cent de la population mondiale vivra dans des villes. Celles-ci sont toutefois trop souvent source de stress. Le professeur Mazda Adli, psychiatre, médecin en chef de la clinique Fliedner à Berlin et directeur du domaine de recherche « troubles affectifs » à la clinique de psychiatrie et de psychothérapie de l’hôpital universitaire de la Charité à Berlin explique à quoi devrait ressembler un ville saine. En collaboration avec la société Alfred Herrhausen, il a créé le domaine de recherche en neuro-urbanisme. 

Monsieur Adli, que fait un neuro-urbaniste ?

Le neuro-urbanisme est le rapprochement entre la recherche urbaine et la recherche en matière de santé. Nous voulons comprendre comment la vie urbaine a une influence sur notre psychisme et comment les villes devraient être conçues pour être bonnes pour notre santé mentale.

Pour cela, nous avons créé en 2015 le Forum interdisciplinaire de neuro-urbanisme à Berlin. Il réunit des scientifiques de plusieurs universités. Cette combinaison de disciplines les plus diverses de la recherche urbaine, de la médecine, des neurosciences et de la psychologie est, jusqu’à maintenant, unique au monde.   

Mazda Adli, neuro-urbaniste
Mazda Adli, neuro-urbaniste

Il n’y a pas de ville idéale. Une ville nous fait du bien lorsqu'elle nous incite à la participation

Mazda Adli

Quelle est l’influence des villes sur les hommes ?

Les citadins souffrent plus souvent que les ruraux de maladies mentales causées par le stress. La raison pour cela reste largement inexplorée. Nous supposons que cela est dû au stress social.

Comment pouvons-nous combattre le stress ?

Le stress social se produit lorsque la densité sociale dans la ville va de pair avec l’anonymat et la solitude.

C’est pourquoi les urbanistes doivent veiller à ce qu'il y ait suffisamment de lieux favorisant les contacts sociaux, par exemple des institutions culturelles. D’autre part, il faut veiller à davantage de qualité dans la construction de logements. Les habitants devraient pouvoir empêcher que le bruit de la circulation entre dans leur appartement.

Pour vous, à quoi ressemble la ville du futur ?

Il n’y a pas de ville idéale. Une ville nous fait du bien lorsqu'elle nous incite à la participation. Elle doit présenter un bon équilibre entre la stimulation et la détente. Lorsque nous nous promenons dans notre quartier, il doit y avoir aussi bien des zones calmes que des cafés et des rues commerçantes. La ville doit être adaptée à ses habitants et être un lieu d’épanouissement.   

Quelle ville en Allemagne qualifieriez-vous de saine ?

Berlin fait instinctivement à peu près ce qu'il faut. Les rues y sont larges et invitent à flâner. Cela a un effet contre l’isolation sociale. En outre, il y a de nombreux espaces verts qui sont bons pour notre santé mentale, de sorte que nous pouvons plus facilement gérer le stress. A cela s'ajoute la diversité culturelle qui profite à de nombreuses personnes.

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: