Ouvrir la voie à la paix

Lorsque deux partis se disputent, le troisième apporte une aide : comment l’Allemagne use de ses compétences dans la médiation pour la paix.

Médiation pour la paix : cela n’avance bien souvent qu’à petits pas.
Médiation pour la paix : cela n’avance bien souvent qu’à petits pas. United Nations/Eric Kanalstein

La médiation pour la paix est un nouvel instrument de politique étrangère allemande prenant de l’importance. Christina Horváth-Stenner, Mediation Support Officer du Centre de prévention des crises de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) explique comment cela fonctionne. Cette Allemande fait partie de l’équipe d’experts du Centre d’opérations de maintien de la paix (ZIF).

Christina Horváth-Stenner, OSZE Mediation Support Officer
Christina Horváth-Stenner, OSZE Mediation Support Officer privat

Madame Horváth-Stenner, qu’est-ce que la médiation pour la paix ?

Une alternative aux négociations dans le cadre diplomatique. C’est un processus structuré pour résoudre des conflits avec le soutien d’un tiers neutre. Il est déterminant que les partis en conflit s’y impliquent eux-mêmes et se portent garants de la solution 

Comment se passe la médiation pour la paix dans la pratique ?

Prenons pour exemple ce que l’on appelle les négociations au format 5+2  afin de résoudre le conflit qui couve depuis les années 1990 au sujet du statut spécial de la Transnistrie, une région de la République moldave. Cord Meier-Klodt, alors envoyé spécial allemand de l’OSCE, et son équipe étaient parvenus en 2016 à ce que, après une longue période d’arrêt, les partis en conflit se réunissent à nouveau et se mettent d’accord sur huit sujets devant faciliter le quotidien de la population. Par exemple en reconnaissant les diplômes universitaires transnitriens. Ce sont souvent des formalités bureaucratiques qui sont négociées dans le détail. Mais, finalement, il s’agit du besoin d’identité et d’appartenance de la population.      

L’Allemagne, est étonnamment  discrète pour un pays d’une telle influence. Cela inspire confiance.

Christina Horváth-Stenner, Mediation Support Officer auprès de L’OSCE

Quels sont les points forts de l’Allemagne dans la médiation pour la paix ?

L’Allemagne, dans le monde entier, a une bonne réputation et est considérée comme étant fiable et professionnelle. Cela est dû aussi à ce qu’elle agit avec retenue sur la scène internationale – peut-être de manière étonnamment discrète pour un pays d’une telle influence. Cela inspire confiance. L’expérience historique propre à l’Allemagne va de pair avec une attitude critique à l’égard des opérations militaires. Le point fort politique et économique est un avantage – mais peut également être perçu de manière critique.   

Que voulez-vous dire ?

La médiation pour la paix a besoin d’un changement de paradigmes crédible : alors que la diplomatie ne perd jamais de vue le propre intérêt d’un Etat, la médiation prend surtout en compte les intérêts des partis en conflit. 

Interview : Tanja Zech

© www.deutschland.de

Newsletter #UpdateGermany: You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here to: