Pourquoi un journalisme indépendant est important pour la démocratie

La liberté a besoin de la liberté de la presse : Bascha Mika sur le journalisme indépendant comme aliment de la démocratie.

Redaktion Newsroom
dpa

Pas de liberté sans liberté de la presse. Et sans liberté de la presse, pas de démocratie. Le journalisme indépendant, cet aliment d’une société libre, est nécessaire pour que la démocratie soit forte. En tant que pilier de tout système démocratique. En Allemagne et ailleurs. Ainsi, les journalistes assument une responsabilité sociétale élémentaire pour défendre les valeurs démocratiques fondamentales. Cela exige d’abord de travailler professionnellement : le respect de standards éthiques, le souci de la vérité. Ne jamais perdre de vue la dignité humaine, l’exactitude et une information complète. Mais cela n’épuise nullement l’engagement pour un système démocratique. Les journalistes ont une mission qui va au-delà car ils produisent en fin de compte un bien public. C’est pourquoi ils et elles ne doivent pas seulement faire leur travail de manière professionnelle, ils doivent aussi se pencher sur l’état du monde. Et - oui- tenter de l’améliorer. En se battant pour la liberté, pour les droits de l’homme, pour la justice et pour une coexistence ouverte. Les journalistes sont les prestataires de service de l’opinion publique, des serviteurs de la démocratie. Il ne faut cesser de le répéter et de le défendre, à voix haute, sans crainte. Si nous ne le faisons pas en Allemagne, où le ferons nous alors ? Qu’en est-il de tous ces pays où défendre les droits de la liberté est fatal ? La liberté de la presse est menacée dans le monde entier. Des journalistes sont assassinés, torturés, emprisonnés, poursuivis. La situation devient plus menaçante pour les journalistes, même dans des pays européens. Cela devrait effrayer tous ceux qui veulent défendre la liberté en tant que droit de l’homme. Pour cela, les journalistes n’ont pas besoin d’être des héros, ils doivent juste faire leur travail. Décrire le monde par le mot et l’image, l’analyser, l’expliquer et le commenter. Mais il faut plus que les qualités standards du travail journalistique là où des régimes autoritaires combattent les efforts démocratiques avec toute la sévérité dont ils sont capables, là où on propage la peur et mise sur l’auto-censure. Il faut alors avoir un excédent d’idéal. De la passion ! La presse doit être intrépide, faire preuve de courage et d’esprit de résistance. Parce que le journalisme indépendant est l’aliment de la démocratie – que nous devons défendre.

Bascha Mika
Bascha Mika

Cette journaliste est depuis 2014 la rédactrice en chef du quotidien Frankfurter Rundschau et, ainsi, l’une des rares femmes à la tête d’un grand média papier et en ligne allemand. Auparavant, Bascha Mika a été rédactrice, reporter et rédactrice en chef du quotidien tageszeitung (taz) à Berlin pendant onze ans. Cette journaliste maintes fois distinguée est depuis 2007 également professeur honoraire à l’Univer­sité des beaux-arts de Berlin.

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: