« Pas si éloignées que cela »

L’Allemagne et la République tchèque avaient souvent des points de vue divergents pendant la crise migratoire. Elles veulent continuer à échanger avec un dialogue sur les migrations. Une interview avec Vladimír Špidla.

privat - Vladimír Špidla

M. Špidla, le dialogue sur les migrations était une initiative de votre pays. Qu’en attendez-vous ?
L’idée est née à l’apogée de la crise migratoire en Europe. Les discussions ne cessaient de se durcir et on voyait clairement qu’il y avait un très grand nombre de malentendus entre l’Allemagne et la République tchèque. J’ai horreur des malentendus, ils compliquent le dialogue politique. Nous voulions donc impérativement créer une meilleure base pour nos échanges. Il y avait déjà un dialogue stratégique entre nos deux pays, il se concevait donc aisément de créer aussi un dialogue sur les migrations.

La prochaine rencontre à Prague est déjà la troisième. A votre avis, qu’a apporté ce dialogue jusqu’à présent ?

Lors de nos rencontres à Prague et à Berlin, nous avons d’abord constaté que nos positions ne sont pas si éloignées que cela. Je pense que, pour l’Allemagne, il était aussi intéressant d’apprendre qu’il existe une véritable politique d’intégration en République tchèque. Elle n’est pas comparable à celle de l’Allemagne par son étendue mais elle l’est par sa qualité et son contenu. Nous aussi avons visité des projets d’intégration en Allemagne, entre autres un centre de formation. Ce fut pour moi important de constater que les jeunes migrants n’y apprennent pas dans des classes séparées mais avec les jeunes participants allemands. Nous pouvons apprendre de telles expériences et les mettre en place chez nous.

Quels seront les grands thèmes lors de la prochaine visite de vos partenaires allemands ?
Nous lancerons probablement un ou deux projets communs à l’étranger pour lutter contre les causes des migrations. On n’a pas encore déterminé où. Probablement en Jordanie, nous avons de bonnes bases dans le camp de réfugiés de Zaatari. Nous souhaitons discuter du lieu et de l’orientation du projet avec nos invités. Nous voulons en outre leur montrer un projet d’intégration à Prague : il est réalisé par une organisation non gouvernementale qui aide les migrants à leur arrivée et leur donne un suivi.

Vous avez mentionné qu’il y avait des divergences sur la question migratoire entre l’Allemagne et la République tchèque. Cela pèse-t-il sur les relations ?
La situation était naturellement problématique, il y avait un fort besoin d’en parler. Mais les relations n’en sont pas certainement pas troublées, elles sont trop étroites et trop bonnes pour cela.

On attend actuellement beaucoup de l’UE en matière de politique intérieure et extérieure, on craint pour la cohésion européenne. Plus de dialogue peut-il contribuer à surmonter cette épreuve ?
Je le crois. Le dialogue sur les migrations fut lui aussi ardu au début. Aujourd’hui, les partenaires des deux pays sont vraiment plus proches, cela est évident lors des rencontres. Il faut des échanges personnels et un certain courage pour parler des choses désagréables. Mais on trouve alors des réponses, mêmes aux questions d’envergure.

Vladimír Špidla fut Premier ministre du gouvernement tchèque de 2002 à 2004. De 2004 à 2010, il fut commissaire européen chargé de l’emploi, des affaires sociales et de l‘égalité des chances. Il a obtenu le Prix Hans Böckler de la ville de Cologne pour son action en faveur de meilleures conditions de travail.

Interview menée par Helen Sibum.