A travers l’Europe avec Erasmus

Ouverture d’esprit, confiance en soi, maîtrise des langues – quels sont les autres avantages d’un échange Erasmus ? Des participants témoignent.

Erasmus permet de faire la connaissance de nouvelles personnes.
Erasmus permet de faire la connaissance de nouvelles personnes. Prostock-studio - stock.adobe.com

La langue, la musique et beaucoup d’histoire(s)

Jonas Czaika, étudiant en histoire, a profité de plusieurs offres Erasmus : il a passé deux semestres à Aix-en-Provence et fait un stage de deux mois à Chypre. Il a tiré profit de son expérience aussi bien estudiantine que professionnelle et c’est encore le cas aujourd’hui : « trois fois par semaine, je rencontre une Syrienne dont j’ai fait la connaissance en France dans le cadre d’un tandem linguistique allemand-arabe » explique Czaika. En principe, il conseille : « il faut être ouvert : à Aix-en-Provence, alors que je me promenais un soir, j’ai soudain entendu de la musique d’un petit orchestre amateur. J’ai alors pu m’y associer les six mois suivants avec ma clarinette ».

Jonas Czaika
Jonas Czaika privat

Profiter de toutes les offres

Une fois n’est pas coutume, s’est dit Janina Bau : « A l’école, dans le cadre du projet ‚Fit for Work in Europe‘, j’ai passé une semaine en Hongrie et une semaine en France ». Cela lui a donné envie de repartir : après une année au pair, elle a fait des études dans la filière « European Studies » à l’université de Passau. Après quoi elle est partie en Suède avec Erasmus. « C’est l’année où j’ai pris conscience de ce que je voulais vraiment faire » explique Bau. C’est grâce aux groupes de discussion en Suède qu’elle commence en été son master en sciences politiques – évidemment à l’étranger, à Anvers. Ses nombreux contacts l’ont rendue plus ouverte et résistante au stress : « récemment, un ami est arrivé avec 40 minutes de retard et il a été étonné que je ne sois pas fâchée ».

Janina Bau
Janina Bau privat

Du point le plus au sud de l’Europe à l‘Allemagne

Chrysoula Perathoraki vient de la petite île de Gavdos au large de la Crète. « J’y ai fréquenté une école germano-grecque et maintenant je fais des études de lettres allemandes à Würzburg. L’allemand m’a toujours intéressée. » Dans le cadre d’un projet du Goethe-Institut, elle a passé une semaine à Weimar. Enthousiasmée par cette expérience, Perathoraki est revenue pour un semestre en Allemagne – « et j’y suis restée » explique-t-elle en riant. Entre-temps, elle travaille au bureau Erasmus de l’université et s’est également engagée au sein du projet « Europa macht Schule » (L’Europe fait école) qui lui a permis de faire découvrir son pays d’origine à des élèves. « La plupart d’entre eux étaient eux-mêmes issus de l’immigration et ils ont posé de nombreuses questions. C’était une belle forme d’échange. » raconte-t-elle. Pour elle, une chose est sûre : « j’aimerais bien rester en Europe – quel que soit le pays. »

Chrysoula Perathoraki
Chrysoula Perathoraki privat

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: