« Il était en avance sur son temps »

Francisco J. Barrantes à propos de l’empreinte qu’a laissée Alexander von Humboldt en Amérique latine.

Le Prof. Francisco J. Barrantes
Le Prof. Francisco J. Barrantes Privat

M. Barrantes, comment la vision de Humboldt marque-t-elle la science en Amérique latine ?

La pertinence de Humboldt pour la science réside surtout dans sa méthodologie consistant à observer les choses dans une perspective globale, holistique : dans la nature, tout est lié. Il était en avance sur son temps, notamment en ce qui concerne le climat. Il a compris que l’homme et le climat s’influencent mutuellement. Sa vision de la biogéographie était également novatrice : contrairement à Carl von Linné, il s’intéressait moins à la description des différentes espèces végétales mais surtout aux corrélations entre les différentes espèces, leur répartition géographique et leurs rapports avec les autres formes du vivant. En d’autres mots : à l’environnement comme un tout.

Que peuvent apprendre aujourd’hui les scientifiques ou les responsables politiques d’Alexander von Humboldt ?

En fait, von Humboldt a été le premier « écologue » et a diffusé ses idées auprès des responsables politiques, notamment en Amérique du Nord. Il souhaitait que l’on traite la nature comme quelque chose de systémique, comme un organisme vivant. Von Humboldt était déjà à l’époque conscient de l’impact négatif de la déforestation ou de certaines méthodes d’irrigation, anticipant ainsi les thèmes pressants de notre époque.

Quelle impression ferait aujourd’hui l’Amérique latine sur Alexander von Humboldt ?

J’imagine qu’il s’inquiéterait surtout de la disparition dramatique des espèces. Et les terribles incendies de forêt dans la région amazonienne, mais aussi dans le nord de l’Argentine et en Afrique, l’attristeraient terriblement. Il serait certainement très mécontent de l’attitude des responsables politiques et de la passivité des gouvernements qui semblent ignorer les nombreuses pertes irréversibles au lieu de lutter pour la préservation de ressources naturelles précieuses.

La population en Amérique latine sait-elle qui était Alexander von Humboldt ?

Je crois que le Latino-américain « moyen » ne sait pas aujourd’hui qui était Humboldt, comme c’est aussi le cas en Amérique du Nord ou en Europe. On lui associe éventuellement des phénomènes naturels comme le « Humboldt-Strom » (le courant du Pérou) ou le nom d’une université mais les spécificités de son travail ne sont guère connues. Il est plus connu dans les pays qu’il a explorés, la Colombie, Cuba, l’Equateur, le Pérou, le Mexique et le Venezuela.

 

Bio :

Le Prof. Francisco J. Barrantes dirige le laboratoire de neurobiologie nucléaire à la faculté des sciences médicales de l‘Universidad Católica Argentina (UCA) à Buenos Aires ; il est aussi le président de l’association des Alumni de la Fondation Humboldt en Argentine

 

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: