Contrer les préjugés avec fierté

Engagées , résolues – et queer. Trois personnes racontent comment elles s’engagent en faveur de la communauté LGBTQ en Allemagne.

Patricia Sophie Schüttler : un modèle pour les jeunes trans*
Patricia Sophie Schüttler : un modèle pour les jeunes trans* Alexander Deeg

Patricia Sophie Schüttler informe sur la transidentité

« Lorsque, à 17 ans, j’ai fait la connaissance de ma femme Sandra, je m’appelais encore Patrick. Nous avons donc commencé notre relation en tant que couple hétérosexuel. J’avais bien remarqué dès l’école primaire que quelque chose était différent, sans savoir quoi car, dans l’espace public ou mon entourage, il n’y avait aucune personne reconnue trans*. Ce n’est qu’à l’âge de 41 ans que je suis passée au transsexualisme : psychothérapie, traitement hormonal et opération. »

 

Pour les filles et les garçons, je veux être un modèle qui n’existait malheureusement pas à mon époque.

Patricia Sophie Schüttler

« J’avais peur des réactions. Que vont penser les voisins ? Malgré tout, j’ai mis un courrier dans toutes les boîtes aux lettres en expliquant ma situation ; je n’ai eu que des réactions positives. Pour nous, en tant que couple, ma transition a changé peu de choses. Ce n’est que lorsque nous voyageons que nous hésitons parfois à nous embrasser en public. Je m’engage au sein de la communauté, donne des explications en matière de LGBTIQ* dans les écoles et je dirige un groupe d’entraide von Trans-Ident. Pour les filles et les garçons, je veux être un modèle qui n’existait malheureusement pas à mon époque. » 

Konrad Hirsch aide les réfugiés homosexuels

« C’est par hasard que j’ai rencontré Lateef du Nigeria à Munich en 2015. Il a dû quitter sa patrie car il avait été découvert qu’il aimait les hommes. Il venait tout juste d’arriver en Allemagne et avait besoin d‘aide pour les démarches administratives, la recherche d’un logement et d’un emploi ainsi que pour la langue. Comme l‘histoire m’avait ému, j’ai décidé d’aider. J’ai alors découvert le projet Refugees@Sub - un centre de communication et culturel pour homosexuels à Munich. Maintenant, je fais partie de l’équipe de bénévoles. »

Beaucoup de personnes doivent tout d’abord apprendre qu’en Allemagne on peut parler ouvertement d’homosexualité.

Konrad Hirsch

« Les démarches administratives sont le plus grand défi pour les réfugiés homosexuels. Ils doivent tout d’abord apprendre qu’en Allemagne ils peuvent parler ouvertement de leur homosexualité. Dans bien des pays de leur origine, c’est un tabou. Lorsqu’ils constatent, qu’ici, deux hommes se tiennent par la main et qu’il y a des cafés, des bars et des clubs pour les membres de la communauté LGBTQ, ils se détendent rapidement. Je trouve qu’il est important qu’ils aient des mentors appartenant à la communauté. Je suis particulièrement heureux lorsque nos mentorés deviennent eux-mêmes des mentors. »    

Konrad Hirsch : un mentor pour réfugiés homosexuels
Konrad Hirsch : un mentor pour réfugiés homosexuels Ulrike Schamoni

Felicia Mutterer publie un magazine pour les femmes aimant les femmes

« Je suis journaliste, fan de sport, footballeuse, femme et queer. Au sein des rédactions sportives où je travaillais, j’ai souvent omis ce dernier détail. Il y avait déjà suffisamment de préjugés. En 2007, j’ai pour la première fois présenté un article sur l’homosexualité dans le sport – à l’époque très peu de sportifs et de sportives étaient prêts à s’exprimer sur ce sujet – grande était la peur d’être stigmatisé. Cela m’a donné l’idée de créer le magazine « STRAIGHT » qui s’adresse à des femmes aimant les femmes. Entre-temps, il y a également un podcast. Ce groupe, avec toute sa diversité, ses nuances et ses intérêts divers était tout simplement encore trop peu représenté dans l’espace public allemand. 

En Allemagne, nous ne sommes plus des victimes – heureusement – mais nous ne sommes pas encore arrivées au but  que nous nous sommes fixé.  Il y a encore des cas de stigmatisation. »     

Felicia Mutterer : une voix pour les femmes aimant les femmes
Felicia Mutterer : une voix pour les femmes aimant les femmes Alexa Vachon

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: