Jeunes, provocateurs et diversifiés

Ils distraient, provoquent et polarisent : nous vous présentons trois formats média allemands intéressants qui réinventent le journalisme.

 Benjamin Friedrich a fondé le magazine Katapult.
Benjamin Friedrich a fondé le magazine Katapult. picture alliance/dpa/dpa-Zentralbild

Katapult

Il n’avait ni argent ni formation de journaliste. L’étudiant en sciences politiques Benjamin Fredrich, alors âgé de 27 ans, a néanmoins fondé le magazine Katapult en 2015. Tous les trimestres, Katapult traduit en 100 pages des statistiques et des études de sciences sociales en graphiques colorés et articles passionnants. Dans leurs articles, les rédacteurs ne mâchent pas leurs mots, captant l’air du temps. Katapult est aujourd’hui le magazine ayant la plus forte croissance en Allemagne.

Contrairement à la manière dont d’autres groupes de médias procèdent avec leurs produits, Katapult n’a pas d’édition numérique. « L’imprimé ralentit le rythme et, quand vous avez déjà lu tous vos abonnements sur le Net, nous sommes heureux d’être le seul magazine imprimé chez vous », dit la rédaction.

Mais quiconque ne veut pas renoncer aux analyses de sciences sociales passionnantes et aux graphiques colorés peut suivre Katapult sur les réseaux sociaux.

Vers la chaîne Instagraml

Collectif Y

Ils regardent là où d’autres ferment les yeux : le Collectif Y publie des reportages intéressants du monde entier sur YouTube et Facebook. De jeunes journalistes accompagnent des seigneurs de guerre en Afrique centrale, s’invitent dans des raves technos illégales en Allemagne ou vivent le sauvetage dramatique de réfugiés en Méditerranée.

Dans ses recherches, le réseau mise sur les histoires subjectives des gens. Les reporters montrent le monde tel qu’ils le vivent sur le moment. Leurs reportages « provoquent et divisent, ils irritent ou affligent ; ils ne sont pas toujours objectifs mais toujours sincères », explique le collectif.

La transparence est extrêmement importante pour ces acteurs des médias. Si les recherches sur une histoire ne sont pas assez approfondies, le collectif Y en assume la responsabilité.  Les chaînes sont gérées par le réseau d’information en ligne de droit public funk.

Vers la chaîne YouTube

@ichbinsophiescholl

Qu’a vécu Sophie Scholl au cours de ses derniers mois ? Les internautes peuvent le découvrir sur Instagram. A l’occasion du centenaire de Sophie Scholl le 9 mai 2021, les chaînes de radio-télévision publique SWR et BR font revivre l’histoire. Elles transportent leurs communautés en l’an 1942 avec le projet @ichbinsophiesholl.

La comédienne Luna Wendler catapulte Sophie Scholl des livres d’histoire vers le monde des réseaux sociaux. Les abonnés à Instagram ont en temps réel reconstitué un aperçu de l’histoire d’une jeune fille luttant contre le nazisme.

Vers la chaîne Instagram

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: