« Misez le tout pour le tout »

L’Expert Christoph Bornschein sait que la numérisation ne se fait pas peu à peu. Les entreprises doivent changer de manière radicale.

La numérisation requiert de nouveaux processus et idées
La numérisation requiert de nouveaux processus et idées dpa

Christoph Bornschein est co-fondateur d’une agence pour la transformation numérique appelée «Torben, Lucie und die gelbe Gefahr »  (TLGG) dont le siège est à Berlin et New York. L’agence conseille les ministères fédéraux et les entreprises du Dax pour la numérisation

Christoph Bornschein, expert en numérisation
Christoph Bornschein, expert en numérisation dpa

Monsieur Bornschein, quelle tendance numérique vous enthousiasme actuellement ?
La nouvelle approche des thèmes numériques me passionne davantage que des tendances numériques isolées. De plus en plus d’entreprises traditionnelles et d’institutions découvrent que leur tradition ne leur assure plus d’avantage concurrentiel. Ils s’interrogent sur le rôle qu’ils veulent avoir dans l’économie numérique et parlent plus rarement d’outils et de modifications ponctuelles.  

Vous avez dit une fois que l’économie allemande vivait de modèles commerciaux du passé. Est-ce vraiment aussi grave ?
D’un côté : absolument. Pendant tout un siècle nous avons peaufiné des innovations passées, nous avons optimisé, résolu des problèmes de voyageurs de commerce. Pendant trop longtemps le passage au numérique a été considéré comme la prochaine étape d’optimisation, pas en tant que grand bouleversement de tout ce qu’il représente. Pour cela, la minorité a un plan ou a même développé seulement la vision d’un objectif. D’un autre côté : il est de plus en plus clair qu’il faut bien plus que numériser des processus traditionnels – il faut des processus complètement nouveaux, de nouvelles idées, de nouvelles entreprises.

« Le changements a besoin de conservateurs et de farfelus » 

Christoph Bornschein, expert en numérisation

Vous êtes considéré comme étant un conseilleur de la numérisation. Comment les entreprises allemandes doivent-elle réagir?
Les marchés où le gagnant rafle la mise, qui apparaissent dans la plupart des domaines, causent de nombreux perdants. Des mesures isolées et des services d’innovation ne sont pas suffisants. Misez le tout pour le tout ! Les petites entreprises doivent réaliser qu’elles doivent coopérer. Nombre des grands changements - de la transformation de la chaîne de la valeur ajoutée jusqu’à la plate-forme professionnelle - ne sont pas réalisables à petite échelle. Ne restez pas seul !  

Votre agence TLGG prétend que le changement a besoin de conservateurs et de farfelus, que la transformation a besoin de raison et de folie. Comment faut-il comprendre cela ?
Une transformation réussie se passe dans un rapport équilibré entre des éléments moteurs et des éléments conservateurs. Identifier les valeurs à conserver et laisser opérer des changements fondamentaux est une part importante de notre travail de conseiller. Concevoir ces transformations de manière efficace et inclusive en est une autre part.  

Vous vous êtes demandé si une démocratie peut réagir suffisamment rapidement à des méga-tendances. Des décisions qu’un comité politique impose seraient plus rapides. Les régimes totalitaires sont-ils déterminants pour le succès ?
Différents régimes totalitaires créent tout d’abord différentes conditions pour une action concrète. Le problème spécifique à notre démocratie est qu’elle reconnaît bien le besoin d’action mais qu’elle n’a guère formulé de stratégies ou même seulement d’objectifs. Elle préfèrerait optimiser le statu quo. Mais l’époque des optimisations est derrière nous. 

Interview : Martin Orth

© www.deutschland.de