Un phénomène allemand

Les « champions cachés » sont des entreprises de taille moyenne qui connaissent un succès international et dont les noms, même en Allemagne, sont à peine connus. Nous vous présentons trois d’entre eux. 

Symrise : des arômes pour 30 000 produits
Symrise : des arômes pour 30 000 produits Symrise

Selon le professeur Hermann Simon, l’Allemagne compte quelque 1 300 « champions cachés », soit à près la moitié de ceux du monde entier. L’économiste et consultant en gestion a créé ce terme en 1990 pour décrire un « fer de lance de l'économie allemande» : des entreprises très performantes et, pour la plupart, leaders sur le marché mondial dans une niche, mais peu connues du grand public. D'autres particularités sont que les « champions cachés »  sont souvent gérés par leur propriétaire et ont leur siège social en province, tout en étant fortement orientés vers l’exportation. Trois exemples actuels : 

Wickert : une entreprise incontournable pour la production de vaccins

Le fabricant de machines Wickert à Landau dans le Palatinat est spécialisé dans la production de presses hydrauliques. Lorsque, en 2020, les commandes de l'industrie automobile et aéronautique ont diminué du fait de la pandémie, la première commande importante est venue de l’industrie pharmaceutique : des machines pour la production de bouchons de fermeture pour des conteneurs pour vaccins. Tout le monde n’en est pas capable, car les exigences sont strictes. Les bouchons de fermeture doivent être fabriqués dans des conditions de salle blanche car même des particules de 3 micromètres, c’est-à-dire 0,003 millimètres sont considérées comme une pollution. En comparaison : un cheveu humain de 0,03 millimètres est environ dix fois plus gros. Entre-temps, la production tourne à plein régime et les presses de 45 tonnes sont transportées par l’avion géant Antonov vers les clients en Europe, Amérique et Asie.

Mennekes: des prises pour l’électromobilité
Mennekes: des prises pour l’électromobilité picture-alliance/ ZB

Mennekes : un leader dans l’électromobilité

L’entreprise familiale Mennekes de Kirchhundem en Sarre accompagne depuis des décennies l’électrification de l’industrie avec des solutions innovantes. Mais le plus gros coup de l’histoire de l’entreprise s’est probablement produit en 2014 lorsque le Parlement européen a déclaré que sa prise de type 2 pour la recharge de voitures électriques était la norme pour l’UE. Walter Mennekes avait développé la première prise de recharge dès 2008, lorsque Elon Musk avait tout juste présenté la première Tesla Roadster. Entre-temps, son fils Christoph réalise un plus gros chiffre d’affaires avec l’électromobilité qu’avec les prises industrielles classiques.   

Symrise : un candidat à l’indice boursier Dax

Le leader mondial de Holzminden en Basse-Saxe, portant le nom de Symrise, est un « champion caché » classique. On ne le connaît pas mais on est tous les jours en contact avec ses produits. En effet, Symrise livre dans le monde entier des parfums et des arômes pour plus de 30 000 produits, essentiellement à base de matières premières naturelles telles que la vanille, les agrumes, les fleurs et les végétaux. Les exportations représentent 90 pour cent des ventes. Les chiffres clés de la société affichant un chiffre d’affaires annuel de 3,5 milliards d’euros, un taux de croissance annuel moyen de 5 à 7 pour cent et une marge bénéficiaire de plus de 20 pour cent font de Symrise un candidat à l’indice boursier allemand Dax.

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: