Donner une chance à l’avenir

Rendre la politique intergénérationnelle : un entretien avec Anna Braam, présidente de la fondation pour les droits des générations futures, « Stiftung für die Rechte zukünftiger Generationen ».

Anna Braam (au premier plan) s’engage en faveur de l’équité intergénérationnelle.
Anna Braam (au premier plan) s’engage en faveur de l’équité intergénérationnelle Simon Lange

Madame Braam, vous vous engagez pour une équité intergénérationnelle. Qu’est-ce que cela signifie ?
La génération future doit avoir les mêmes opportunités de satisfaire ses besoins que la génération actuelle. Cela implique une répartition équilibrée des ressources, dont un environnement intact, mais aussi une répartition des charges et des obligations, par exemple en ce qui concerne les coûts de la transition énergétique

Quelle est l’équité intergénérationnelle en l'Allemagne ?
L’Allemagne a encore un retard à rattraper : la moitié de l’électorat a plus de 50 ans. Il y a tout simplement le risque que la politique tienne surtout compte de ce groupe. Un exemple : la Cour constitutionnelle allemande a récemment jugé que la politique climatique allemande se fait au détriment des jeunes générations et des générations futures. L'aspect positif est qu’il y a de plus en plus de formes de participation qui permettent aux jeunes de s’exprimer. Il est cependant important de savoir si leurs demandes trouvent leur place en politique.  

Préserver l’environnement pour la postérité.
Préserver l’environnement pour la postérité. ©Halfpoint - stock.adobe.com

Comment l’Allemagne peut-elle avoir une plus grande équité intergénérationnelle ?
On pourrait par exemple abaisser l’âge du droit de vote. Il serait également bon d’avoir des quotas de jeunes politiciens dans les partis et les parlements. Le Comité consultatif scientifique du gouvernement fédéral sur les modification de l’environnement à l’échelle mondiale pourrait se voir conférer le droit de bloquer des projets de loi s’ils ne respectent pas l’équité intergénérationnelle. Et, en matière de politique climatique, l’objectif de 1,5 degré doit être suivi. L’abandon du charbon doit être réalisé au plus tard en 2030 et il faut accélérer le développement d’énergies renouvelables.   

Comment la fondation contribue-t-elle à l’équité intergénérationnelle ?
Nous donnons essentiellement des informations sur l’équité intergénérationnelle et la durabilité. En outre, nous avons le statut d’observateur aux Nations unies. Nous y avons obtenu que l’équité intergénérationnelle soit aussi ancrée dans l’Accord de Paris sur le climat.

Stiftung für die Rechte zukünftiger Generationen

Einsatz für Generationengerechtigkeit
La politologue Anna Braam est depuis 2016 présidente et porte-parole de la fondation pour les droits des générations futures, « Stiftung für die Rechte zukünftiger Generationen », créée en 1997.

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: