L’Allemagne mise sur le bio

Tout le monde veut des aliments bio. Même les discounters réagissent à cette tendance. Qu’est-ce qui différencie les agriculteurs bio ? Nous vous informons.

En harmonie avec la nature et les animaux : Thomas Goebel, agriculteur bio
En harmonie avec la nature et les animaux : Thomas Goebel, agriculteur bio dpa

Allemagne. Pour les citadins, ce lieu est un paradis : les veaux sont allongés sur la paille pendant que les vaches broutent l’herbe verte. Des poules et des oies se promènent sur la pelouse en caquetant et en picorant. Dans le magasin de la ferme, on vend du lait frais, des œufs et du pain croustillant. Une ferme bio digne d’un livre d’images. La « Stratégie pour l’avenir de l’agriculture biologique » présentée par le gouvernement fédéral au printemps 2017 a pour objectif que 20 pour cent des surfaces cultivées le soient de manière biologique – alors que ce ne sont actuellement que 7,5 pour cent. Il faut donc soutenir les agriculteurs pour qu’ils s’adaptent à une production biologique. 

Comment fonctionne l’agriculture écologique

La ferme domaniale Oberfeld à Darmstadt est l’une des 27 132 fermes bio en Allemagne. Elle a plusieurs particularités : elle appartient à une fondation citoyenne. Le couple d’agriculteurs Thomas et Kathrin Goebel y a réalisé des modèles d’élevage qui vont au-delà des directives pour la production écologique. Pour ce concept, la ferme Oberfeld a obtenu en 2016 le Prix de la République fédérale pour l’agriculture écologique.    

Est-ce que l’agriculture écologique est meilleure pour les animaux, les gens et l’environnement ? En tous cas elle a de nombreux points positifs : elle renonce aux pesticides et aux engrais chimiques et, ainsi, n’affectent pas la nappe phréatique ; elle fait beaucoup pour la diversité et maintient la fertilité des sols - et elle favorise aussi la protection du climat. L’agriculture conventionnelle, par contre, utilise beaucoup d’énergie fossile : il faut plus d’un litre de pétrole pour produire un kilo d’azote pour les engrais chimiques. Goebel souligne que « la plus grande sécurité de rendement de l’agriculture conventionnelle est obtenue par des coûts plus élevés. Dans 50 ans, d’où viendra l’énergie dont nous aurons besoin pour cela ? » Par contre, l’agriculture écologique utilise l’énergie du soleil pour une fertilisation naturelle à base de plantes fixant l’azote  

L’élevage anime notre agriculture.

Thomas Goebel, agriculteur bio

L’agriculteur souligne les avantages de l’agriculture écologique sur le cycle de la culture et de l’élevage. La rotation des céréales et du fourrage améliore la qualité de la terre. On n’utilise ni insecticides ni engrais chimiques. Des plantes telles que le trèfle ou la luzerne ont des racines qui fixent l’azote dans le sol et fournissent en même temps des aliments pour les vaches laitières. Leur fumier sur les prés est un engrais biologique et attire une multitude de micro-organismes. Ce cycle assure la fertilité du sol et la biodiversité tout comme il contribue à une grande qualité des aliments.

Quick facts
9
pour cent

des exploitations agricoles en Allemagne sont des fermes bio.

7,5
pour cent

représentent la part de l’agriculture biologique sur les terres agricoles.

20
pour cent d’agriculture biologique

est l’objectif de la stratégie du futur du gouvernement fédéral en matière d’agriculture biologique.

9,9
pour cent

est l’augmentation des recettes avec des aliments bio enregistrée par le commerce en 2016.

41
pour cent des Allemands

achètent des aliments bio aussi souvent que possible.

10
pour cent

des œufs pondus en Allemagne sont issus d’élevages bio.

5
pour cent

de l’ensemble du bétail en 2016 est élevé selon les règles de l’agriculture biologique.

Elevage respectueux des animaux

Le bien-être des vaches laitières, des poules pondeuses et des poulets dont s’occupe Kathrin Goebel retient toute son attention. Les vaches gardent leurs cornes, les veaux ne sont pas séparés de leur mère et les poussins sont élevés, qu’ils soient mâles ou femelles. Toutefois « davantage de travail consacré à l’élevage entraîne des coûts plus élevés. Le prix doit en être négocié avec les clients ».

La vente d’aliments bio atteint actuellement en Allemagne une croissance de près de deux chiffres. Comme la demande est plus importante que l’offre, des produits sont importés. Comment peut-on augmenter l’agriculture biologique en Allemagne ? L’impulsion doit venir du commerce vers les fournisseurs. Si la demande continue à augmenter, de grandes exploitations opteront pour la production bio. Goebel met en garde : « Cela ne suffit pas d’élargir tout simplement les surfaces utiles ; nous ne devons pas nous éloigner de l’idéal d’une agriculture écologique ».

Plus amples informations sur le site du ministère fédéral de l’Alimentation et de l’Agriculture : Zukunftsstrategie Ökologischer Landbau