Des décisions plus rapides en matière d’asile

L’Union européenne veut adopter une nouvelle réglementation pour l’accueil et la répartition des réfugiés. Qu’est-ce qui est prévu ? Quatre questions et réponses.

Demandeurs d’asile dans un centre d’accueil à Giessen
Demandeurs d’asile dans un centre d’accueil à Giessen dpa

Lors du sommet de l’UE en juin 2018, les chefs d’Etat et de gouvernement se sont mis d’accord pour mieux coordonner leur politique en matière d’asile et ouvrir des « centres contrôlés » pour les réfugiés. L’objectif est de distinguer plus rapidement les personnes ayant droit à une protection internationale et celles n’y en ayant pas droit. 

L’UE veut créer de nouveaux centres pour réfugiés – de quoi s’agit-il ?

Deux sortes d’établissement sont prévues : à l’intérieur et à l’extérieur de L’UE. Les réfugiés secourus en mer doivent être accueillis dans des centres au sein des Etats de l’UE et être répartis rapidement à l’intérieur de l’UE. On étudie des possibilités d’établir des centres d’accueil comparables dans les pays d’Afrique du Nord. Des « plateformes régionales de débarquement » doivent  être créées en collaboration avec ces pays. Les réfugiés secourus en mer ne viendraient plus en Europe mais le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) déciderait sur place qui doit bénéficier d’une protection. Toutefois, renvoyer des réfugiés dans un pays considéré comme peu sûr, tel que la Libye, fait l’objet de controverses.          

Des pays se sont-ils déjà déclarés être prêts à créer des centres de rassemblement ?

A l’exception de la Grèce, jusqu’à maintenant, aucun pays de l’UE ne s’est déclaré y être prêt. Des pays nord-africains tels que la Libye, la Tunisie ou le Maroc montrent un désaccord. C’est pourquoi la Commission européenne mise sur des incitations financières. De plus, tous les frais pour les centres d’enregistrement doivent être financés par le budget de l’UE.    

L’immigration en Europe est en diminution – pourquoi l’accord en matière d’asile est-il malgré tout important ?

La plupart des migrants atteignent l’Europe par la mer Méditerranée, L’objectif est de stopper les personnes avant qu’elles ne tentent cette fuite au péril de leur vie et les agissements criminels des passeurs. C’est aussi pour cette raison que, jusqu’en 2020, l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes Frontex sera mieux équipée. 

Les demandeurs d’asile peuvent-ils choisir le pays dans lequel ils veulent vivre ?

Non. Les dossiers de demande d’asile seront ouverts là où les arrivants ont tout d’abord été enregistrés. C’est pourquoi l’Allemagne a conclu un accord avec la Grèce et l’Espagne. Ces deux pays réaccueillent des demandeurs d’asile qui y sont déjà enregistrés mais qui ont tenté de se rendre en Allemagne.

© www.deutschland.de