Habile, persévérante, accessible

Helga Schmid est la nouvelle secrétaire générale de l’OSCE. Cette diplomate allemande de haut niveau a la réputation d'être amicale et très engagée dans son travail.

Helga Schmid, sécrétaire générale de l’OSCE
Helga Schmid, sécrétaire générale de l’OSCE dpa

Il y a des gens qui, pendant de nombreuses années, ont apporté une contribution importante à l'intégration de l'Europe et qui ne sont pourtant connus que d'un petit public de spécialistes. C'est le cas de la diplomate allemande Helga Schmid qui travaille pour l'Union européenne depuis 2006 et a dirigé le service européen pour l'action extérieure (SEAE) depuis 2016 en tant que secrétaire générale. Elle a largement participé à la création de cette administration qui compte aujourd’hui quelque 4 500 collaborateurs et collaboratrices - et a ainsi beaucoup fait pour la politique étrangère et de sécurité commune des Etats membres de l'UE.

A l’avenir, la sexagénaire pourrait faire davantage d’apparitions publiques et les informations pourraient la mentionner plus souvent. En effet, Helga Schmid est la nouvelle secrétaire générale de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), comme l’ont décidé début décembre 2020 les ministres des 57 Etats membres de l'OSCE. La diplomate d'origine bavaroise qui a rejoint le ministère fédéral des Affaires étrangères à la fin des années 1980 atteint ainsi actuellement le point culminant de sa carrière diplomatique.  

L’OSCE est le fruit de la politique de détente des années 1970 ; en font partie tous les pays européens, la Turquie, la Mongolie, tous les Etats qui ont fait suite à l'Union soviétique ainsi que les Etats-Unis et le Canada. Ses principaux objectifs sont de veiller à la stabilité, à la paix et à la démocratie. Elle mène également des missions de surveillance dans des conflits armés, comme par exemple dans l'est de l'Ukraine où des séparatistes soutenus par la Russie et des militaires ukrainiens s’affrontent et dans le Haut-Karabakh où l’Azerbaïdjan a infligé fin 2020 de lourdes pertes à l'Arménie lors de la première véritable guerre des drones de l'histoire.

La diplomate allemande, élue tout d'abord pour trois ans comme secrétaire générale, va développer la structure de l’organisation et, en tant que représentante du président – qui est actuellement le premier ministre albanais Edi Rama – elle va initier des processus de dialogue politique entre les Etats membres. Elle utilisera ses nombreux contacts pour détecter prématurément les tensions et les conflits en Europe, avant qu’ils ne puissent s’étendre.           

Helga Schmid sera confrontée à une tâche aussi difficile qu’importante.

Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères

Selon le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, personne n’est mieux placé que Helga Schmid pour rendre l’OSCE plus apte à pouvoir agir à nouveau alors qu’elle avait subi une crise au milieu de l’année 2020 du fait du blocage imposé par certains membres contre la réélection de ses dirigeants de l’époque. La diplomate sera confrontée à « une tâche aussi difficile qu’importante » a déclaré Maas. Il a « une grande confiance en elle ».

Heiko Mass n’est pas le seul à être de cet avis au ministère des Affaires étrangères  - le premier ministre des Affaires étrangères vert Joschka Fischer (en poste de 1998 à 2005) avait déjà fait publiquement l’éloge des compétences de Schmid qu’il avait nommée à la direction de son bureau. Auparavant, Schmid, qui a fait des études de philologie romane et anglaise, avait travaillé au bureau ministériel de Klaus Kinkel, le prédécesseur de Fischer.  

Les femmes sont les meilleurs négociatrices.

Helga Schmid, secrétaire générale de l’OSCE

Joschka Fischer, l’homme politique des « Verts », connu pour sa rhétorique évocatrice, a parfois qualifié sa collaboratrice Schmid de « hyène tachetée » - ce qui était un compliment. Cette plus grande espèce d’hyène possède un système social extraordinairement complexe et est considérée comme un chasseur particulièrement habile et très persévérant. 

Ses collègues louent également la capacité de compréhension fulgurante de Schmid, son sens pratique, sa capacité à créer des réseaux et, surtout, son talent à mettre ses interlocuteurs de son côté par son affabilité. « Les femmes sont les meilleurs négociatrices » dit-elle.

Participation à l’accord sur le nucléaire iranien

Dans le travail, la diplomate a la réputation de s’investir à fond – ce qui lui a été bénéfique lorsque, en tant que représentante de l’UE, elle a participé aux négociations avec l’Iran sur son programme nucléaire qui avaient abouti à un accord en 2015, après des années de lutte acharnée. Aujourd’hui encore, Schmid a la réputation au ministère des Affaires étrangères d’être la personne qui connaît mieux que quiconque les détails complexes de l’accord sur le nucléaire. La diplomate en avait négocié étape par étape les 100 pages du texte avec le négociateur iranien de l’époque et futur président Hassan Rohani.      

Son engagement et son succès lui valurent la Croix fédérale du mérite, remise à Bruxelles en novembre 2015 par le ministre fédéral des Affaires étrangères d’alors, Frank-Walter Steinmeier. A l’époque Steinmeier, devenu par la suite président fédéral, avait loué le travail de la dirigeante de l’UE qui, pendant douze ans, « l’outil diplomatique à la main » avait contribué à réaliser une percée.

Après l’élection de Joe Biden à la présidence des Etats-Unis, les Etats de l’UE espèrent maintenant pouvoir sauver l’accord nucléaire avec l’Iran que son prédécesseur Donald Trump avait résilié et voulait faire échouer par des sanctions ciblées.

Schmid aura certes suffisamment à faire à la tête de l’OSCE, mais son expérience pourrait aussi être utile pour relancer l’accord sur le nucléaire. Si nécessaire, selon les milieux diplomatiques, il serait possible de demander conseil par téléphone à la collègue qui connaît tous les détails de l’accord. Elle travaillera à l’avenir au siège de l’OSCE, là où pendant des années elle a négocié avec les représentants de l’Iran – c’est-à-dire à Vienne.  

© www.deutschland.de