Une place dans le plus important organe de l’ONU

L’Allemagne postule à un siège non-permanent au Conseil de sécurité de l’ONU. deutschland.de explique pourquoi cette candidature est si importante.

Le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas au quartier général de l’ONU
Le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas au quartier général de l’ONU dpa

La dernière fois que l’Allemagne était représentée au Conseil de sécurité des Nations unies, c’était en 2011-2012. L’Allemagne – RDA et République fédérale confondues – postule pour la septième fois à un siège non-permanent à cet important organe des Nations unies (ONU). deutschland.de répond à des questions importantes à ce sujet.

Pourquoi le Conseil de sécurité de l’ONU est-il si important ?

Les Nations unies ont été créées après la Seconde Guerre mondiale pour protéger l‘humanité du « fléau de la guerre ». L’organisation devait permettre une ère de voisinage pacifique des pays. Son organe principal, le cœur des Nations unies, est le Conseil de sécurité dont la principale responsabilité est de « préserver la paix dans le monde et la sécurité internationale ». Il est ainsi l’organe suprême de l’ONU.

Les décisions du Conseil de sécurité de l’ONU sont-elles contraignantes ?

Oui. Contrairement aux résolutions de l’Assemblée générale réunissant tous les membres de l’ONU, les décisions du Conseil de sécurité sont contraignantes. Sur le plan du droit international, la communauté des pays doit les respecter. Les décisions de l’Assemblée générale sont des recommandations politiques.

Que peut décider le Conseil de sécurité de l’ONU ?

Quand le Conseil estime qu’un événement menace la paix dans le monde, il peut réagir en prenant par exemple des sanctions contre un pays, en envoyant des troupes ou en autorisant des organisations comme l’OTAN à envoyer des troupes.

Le Conseil de sécurité a combien de membres ?

Il a cinq membres permanents ayant droit de véto, à savoir la Chine, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et les Etats-Unis. Dix membres non-permanents, n’ayant pas droit de véto, viennent s’y ajouter pour deux ans. Leur choix se fait selon une réparation géographique : trois pays d’Afrique, respectivement deux pays d’Asie, d’Amérique latine et du groupe occidental et un pays d’Europe de l’Est.

Quelles impulsions a donné l’Allemagne lors de son mandat en 2011/2012 ?

Un grand axe de la politique allemande du Conseil a été son engagement en faveur des droits de l‘homme, notamment des droits des femmes et des enfants dans les conflits armés. Mais le droit à l’eau potable et à l’assainissement étaient également sur l’agenda. L’Allemagne a également défendu la protection du climat et la résolution pacifique des conflits.

Quick facts
3.500
« peace keepers » allemands

participent aux missions de paix des Nations unies.

1973

est l’année de l’adhésion à l’ONU de la République fédérale d’Allemagne – et de la RDA qui existait encore à l’époque.

158,5 mio.
de dollars US,

telle a été la contribution de l’Allemagne au budget des Nations unies en 2017.

30
organismes onusiens

ont un siège en Allemagne, notamment à Bonn.

Quels accents souhaite-t-elle mettre cette fois ?

A côté des crises et des conflits actuels qui représentent une grande partie de l’agenda du Conseil de sécurité, les droits de l’homme et la protection du climat restent un grand thème de la politique onusienne allemande. La prévention des conflits et le relèvement post-conflit ainsi que le thème « Santé et sécurité globale » sont également des axes de l’engagement allemand.

L’Allemagne a-t-elle une chance d’obtenir un siège permanent au Conseil ?

En principe oui. Etant le quatrième contributeur au budget des Nations unies et la plus grande économie européenne, la République fédérale fait partie de ces pays qui peuvent et veulent assumer une responsabilité pour la paix dans le monde. Mais, malgré 25 ans d’un débat intense sur une réforme dans lequel l’Allemagne s’engage particulièrement avec le Brésil, l’Inde et le Japon, on n’a pas pu s’accorder sur un mode de modification. Actuellement, les observateurs ne pensent pas que l’Allemagne prendra définitivement place à la célèbre table en fer à cheval du Conseil à brève échéance.

Représentation permanente de l’Allemagne auprès de l’ONU à New York

© www.deutschland.de