Apprendre l’allemand,
 parler allemand

L’allemand a la cote, le diplôme de langue allemande et les autres certificats sont très prisés. Il y a de bonnes raisons à cela, comme par exemple la bonne santé économique de l’Allemagne.

Eric Audras/Onoky - German Language

LE DIPLÔME DE LANGUE ALLEMANDE

Le diplôme de langue allemande de la Conférence permanente des ministres de l’Éducation et des Affaires culturelles (DSD) est le certificat de langue allemande le plus répandu dans les écoles : il peut être proposé dans les écoles allemandes à l’étranger et dans les écoles appartenant au système scolaire national des pays partenaires. Grâce à l’intégration du diplôme aux cours dispensés à l’école, il est possible de mener une réflexion en profondeur sur la civilisation et la littérature allemandes, tout comme de s’initier à l’approche allemande de l’apprentissage, caractérisée par une façon d’apprendre autonome et orientée vers des projets. Chaque année, 56 000 élèves passent l’examen du DSD dans plus de 65 pays. Le DSD de niveau II permet d’attester de connaissances suffisantes en allemand pour pouvoir suivre un cursus universitaire en Allemagne.

APPRENDRE L’ALLEMAND AU 
GOETHE-INSTITUT

Ceux qui n’ont pas étudié l’allemand dans une école allemande à l’étranger ou dans une école DSD peuvent trouver ce dont ils ont besoin dans le vaste portfolio de certificats que propose le Goethe-Institut dans le monde entier. De même que pour le DSD, les différents degrés des certificats délivrés par 
le Goethe-Institut correspondent à ceux du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR). Le plus haut certificat, le « Goethe-Zertifikat C2 : grand diplôme de langue allemande » (GDS), est reconnu par les universités allemandes comme une attestation de connaissances suffisantes en allemand, au même titre que le DSD II.

ÉCONOMIE

« Le pouvoir d’attraction d’une langue dépend plus de la puissance économique de ceux qui la parlent que du nombre de ceux qui la parlent », affirme le linguiste Ulrich Ammon. « Selon le produit national brut que toutes les personnes de langue maternelle allemande réalisent ensemble, l’allemand arrive en troisième position parmi toutes les langues », poursuit l’ancien professeur de l’Université de Duisbourg-Essen.Un exemple parlant au sujet du pouvoir d’attraction de l’Allemagne est l’Europe du Sud. Là-bas, les mesures prises par l’Allemagne dans le domaine de la qualification, tel le système scolaire en alternance, suscitent un grand intérêt. Lors d’une visite 
en Espagne en 2011, la chancelière Angela Merkel a fait état du manque de main d’oeuvre en Allemagne. Immédiatement, le nombre de participants aux cours de langue dispensés par les Goethe-Instituts s’est mis à grimper.

SCIENCES ET CULTURE

Jusqu’à la première moitié du XXe siècle, la langue allemande était incontournable au sein de la communauté scientifique internationale. Les chercheurs étrangers appartenant à différentes disciplines devaient apprendre l’allemand pour pouvoir communiquer entre eux. Ce n’est plus le cas. De nos jours, c’est en effet la langue anglaise qui domine dans les publications scientifiques. L’allemand reste pourtant une langue importante dans les sciences sociales : et pas seulement en raison des classiques tels que Hegel, Nietzsche ou Marx. Récemment, le philosophe amateur de skateboard Markus Gabriel, qui du haut de ses 29 ans est le plus jeune professeur de philosophie nommé 
en Allemagne, a fait parler de lui avec un bestseller. C’est la même chose en ce qui concerne la littérature et la musique. De jeunes auteurs allemands tels Nora Gantenbrink et Saša Stanišić écrivent avec ardeur en ayant pour point de vue celui de leur génération. Et à côté des arias de Mozart et des lieder de Schubert, les amateurs de musique trouvent par exemple dans le rap allemand et chez Rammstein des raisons suffisantes d’apprendre l’allemand.

WEB

La langue allemande s’affirme sur internet : certes, la plupart des sites internet à travers le monde sont rédigés en anglais, en juillet 2014 ils représentaient fièrement 55,7% du web mondial. Mais avec un taux de 6,1%, l’allemand est la deuxième langue la plus utilisée sur internet. Suivent ensuite le russe, le japonais, l’espagnol et le français.

L’ALLEMAND EN TANT QUE LANGUE MATERNELLE 
ET LANGUE SECONDE

Près de 130 millions de gens dans le monde ont l’allemand pour langue maternelle ou utilisent l’allemand en tant que langue seconde. Les personnes d’origine étrangère qui vivent en Allemagne, qui parlent à la maison la langue de leurs parents mais parlent allemand au quotidien, appartiennent par exemple au groupe de ceux qui utilisent l’allemand en tant que seconde langue. D’après les estimations, 100 millions de personnes parlent allemand en tant que langue étrangère dans le monde, et 15 millions de personnes apprennent actuellement l’allemand.

L’allemand est la langue administrative de sept pays européens : l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche, le Luxembourg, le Liechtenstein, la Belgique (à l’Est de la Wallonie) et l’Italie (Tyrol du Sud). C’est la langue reconnue des minorités présentes dans huit pays européens : la Belgique, l’Italie, le Danemark, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie, la République Tchèque et la Hongrie.