Celui qui danse sur les vagues

Le surfeur Sebastian Steudtner a établi un record incroyable et en veut plus encore.

Steudtner tentant un record
Steudtner tentant un record picture alliance / ZUMAPRESS.com

Sebastian Steudtner a atteint son but. A 16 ans, il a quitté la Bavière pour Hawaï afin d’apprendre à surfer. Aujourd’hui, 21 ans plus tard, il a réalisé son rêve. Il a surfé sur la vague la plus haute jamais chevauchée par un être humain. La mesure officielle et l’analyse des données a duré longtemps. Mais c’est maintenant officiel : la vague monstre qu’a vaincue Steudtner le 29 octobre 2020 dans le village de pêcheurs portugais Nazaré faisait 86 pieds de haut, soit 26,21 mètres.

Son nouveau record mondial est enfin confirmé
Son nouveau record mondial est enfin confirmé Jorge Leal

Steudtner est un original parmi les meilleurs surfeurs au monde. Car le milieu des big waves est traditionnellement dominé par des athlètes américains, australiens et brésiliens. Mais le jeune venu de Nuremberg a pris à 18 ans une décision qui faisait d’abord sourire à Hawaï. Il chevaucherait un jour la plus grosse de toutes les vagues. Les années suivantes, Steudtner n’a jamais perdu cet objectif de vue, faisant fi de toutes les résistances et de tous les échecs.

A Hawaï, il a gagné sa vie pendant cinq ans en coulant du béton. En Europe, il a travaillé comme conférencier et comme videur dans des clubs avant de saisir sa chance à Nazaré, au Portugal, son visa pour Hawaï n’ayant pas été renouvelé. Il s’était installé en Irlande avec 50.000 euros de dettes pour y trouver son bonheur. Puis il partit pour Nazaré où il rencontra la plus grande vague de l’année.

Tout le travail tend à pouvoir surfer sur des vagues beaucoup plus hautes.

Sebastian Steudtner

Steudtner a aujourd’hui remboursé ses dettes et peut compter sur de grands sponsors comme Porsche, Siemens Healthineers et Schaeffler, trois grandes entreprises industrielles. Il veut faire avancer le développement de son sport avec leur aide. Il travaille à des améliorations aérodynamiques dans une soufflerie avec Porsche. Siemens programme un « jumeau virtuel » avec les données fournies par des capteurs fixés sur sa combinaison. Schaeffler développe un revêtement des surfaces pour améliorer la glisse des planches.

« Tout le travail tend à pouvoir surfer sur des vagues beaucoup plus hautes », dit Steudtner. Mais il n’est pas en quête de records à tout prix. « C’est pour moi toujours une question de passion, dit-il. Je dois prendre plaisir à ce que je fais. »

© https://www.deutschland.de/fr

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: