La liberté de la presse à l’heure du coronavirus

Le journalisme indépendant : l’impact de la crise du coronavirus sur la liberté de la presse – que défend l’Allemagne.

 Le journalisme au temps du coronavirus
Le journalisme au temps du coronavirus picture alliance/dpa

Depuis le début de la pandémie du coronavirus, le travail des journalistes a changé dans le monde entier : les restrictions des sorties et le télétravail rendent le quotidien compliqué, les contacts avec les collègues et les partenaires commerciaux ne se font en général que par téléphone ou visioconférence. 

Dans nombre de pays, la crise a également un impact sur la liberté de la presse. Comme le rappelle Reporters sans frontières, certains gouvernements ont occulté des informations sur l’étendue de la pandémie, essayant de manipuler l’information ou diffusant des infox. Selon des organisations non gouvernementales, des journalistes ont été empêchés de travailler, attaqués, interrogés et parfois même arrêtés.

Les gens doivent pouvoir s’informer auprès de différentes sources.

Christian Mihr, gérant de Reporters sans frontières

« Face à une évolution dramatique dans le monde, les gens doivent pouvoir s’informer auprès de différentes sources et questionner de manière critique l’action des pouvoirs publics », dit Christian Mihr, gérant de Reporters sans frontières. Dans le classement de la liberté de la presse 2020, récemment publié, l’Allemagne se situait au 11e rang. Selon cette enquête, ce sont la Norvège, la Finlande et le Danemark qui offrent les meilleures conditions pour une presse libre.

 

Freedom of the Press Worldwide 2020
©RSF

 

En Allemagne, la liberté de la presse est ancrée dans la Loi fondamentale et la République fédérale la défend dans le monde entier. L’Allemagne fait partie de la Media Freedom Coalition qui a appelé le 7 avril 2020 tous les pays à continuer à protéger l’accès aux médias libres et à soutenir la liberté d’échanger des informations. « Nous nous inquiétons des tentatives de certains Etats d’utiliser la crise pour imposer des restrictions excessives aux médias libres et indépendants », peut-on lire dans l’appel de la coalition. Outre l’Allemagne, le Canada, la Lettonie, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis l’ont signé.

Des chiffres records pour la radio-télévision publique

Depuis le début de la pandémie du coronavirus, nombre de groupes médias allemands ont orienté leur offre sur l’intérêt du public pour la propagation de la maladie virale. Nombre d’entre eux ont également joué la transparence sur le travail des journalistes en télétravail ou en équipes réduites, gagnant ainsi en crédibilité. L’enquête Cosmo de l’université d’Erfurt montre que, en temps de crise, les utilisateurs allemands ont volontiers recours aux médias traditionnellement crédibles comme les quotidiens ou la radio-télévision publique. La radio-télévision publique, notamment, connaît une audience record depuis le début de la pandémie.

Les sites Web des autorités sanitaires sont également très fréquentés, tout comme des formes médias relativement nouvelles comme le podcast du Norddeutscher Rundfunk avec le virologue Christian Drosten. Les personnes interrogées font moins confiance aux réseaux sociaux et aux informations en ligne.       

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: