L’énergie qui vient du nord

La durabilité en Allemagne : un projet commun doit fournir de l’énergie à une économie porteuse d’avenir en Europe.

Un parc éolien off-shore dans la mer du Nord
Un parc éolien off-shore dans la mer du Nord picture alliance / dpa

Quel rôle joue la mer du Nord dans les plans allemands pour la durabilité ?

La mer du Nord est depuis longtemps l’un des plus grands fournisseurs d’énergie d’Europe. Cela a été le pétrole pendant des décennies mais c’est l’énergie éolienne depuis de nombreuses années. Dès aujourd’hui, la capacité nominale des centrales off-shore se situe à 12 gigawatts par an ; elle devrait être de 60 gigawatts d’ici à 2030 et même de 300 gigawatts d’ici à 2050.

Qui y travaille ?

Des objectifs aussi ambitieux ne peuvent être atteints isolément par les Etats, cela ne peut être que le fruit de coopérations. L’Allemagne et le Danemark travaillent bilatéralement depuis longtemps dans ce domaine, avec par exemple le parc éolien de Kriegers-Flak dans la mer Baltique avec la Suède. Les deux pays sont membres de la NSEC, la coopération pour l’énergie dans la mer du Nord avec sept autres pays et la Commission européenne. Leur objectif est l’extension de la production énergétique dans la mer du Nord.

Qu’est-ce que la vision « Offshore Hub » ?

Tout d’abord, ce ne sera bientôt plus une vision ! En 2016, l’opérateur de réseau germano-néerlandais Tennet a élaboré le concept d’une immense plaque tournante énergétique dans la mer du Nord qui recueille l’électricité de différents parcs éoliens et la distribue à plusieurs pays. Les pays participants peuvent aussi échanger de l’électricité par les lignes installées. Cette vision va maintenant devenir réalité dans une version décentralisée plus élaborée. Début 2021, le Danemark a décidé de construire devant le Jütland le premier de plusieurs îlots énergétiques avec des partenaires. On estime les coûts à 28,24 milliards d’euros jusqu’à sa mise en service en 2033.

Que feront ces îlots énergétiques ?

Outre les tâches mentionnées plus haut de recueillir et de distribuer l’électricité produite par plusieurs parcs éoliens, on veut aussi y pratiquer la transformation de l’électricité en gaz, c’est-à-dire y produire de l’hydrogène afin de fournir du carburant à l’industrie, aux navires et aux transports. Comme, arithmétiquement parlant, on ne peut vraiment utiliser que 60 % de l’électricité éolienne, la production d’hydrogène augmenterait sensiblement l’efficience des parcs éoliens off-shore.

© https://www.deutschland.de/fr

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: