Les entreprises mondiales sur de nouvelles voies

Le « new work » n’est pas seulement un slogan pour les startups. Découvrez deux groupes mondiaux qui empruntent de nouvelles voies dans l’organisation du travail.

Production de laser chez Trumpf.
Production de laser chez Trumpf. Trumpf

Les clichés associent volontiers le « new work » à des images de bureaux colorés équipés de petites tables pour prendre le café et de meubles capitonnés. Ou au télétravail. Mais pas aux entreprises industrielles et au secteur de la production. Or le « new work » est aujourd’hui synonyme de toute une série de changements d’avenir, permis mais aussi surtout portés par la numérisation. Deux exemples allemands montrent que le « new work » est aussi pratiqué dans les groupes mondiaux.

Trumpf – travailler comme l’a décidé l’équipe

Trumpf fabrique des machines-outils à Ditzingen, en Souabe, et a réalisé en 2020/21 un chiffre d’affaires de quelque 3,5 milliards d’euros. Ce leader du marché dans sa technologie pour certains lasers et machines-outils mise aussi depuis longtemps sur des idées innovantes dans l’organisation du travail. Le concept « Future Workplace », mis progressivement en place depuis 2019 pour les près de 15.000 salariés, se fonde sur une plateforme homogène pour tous les processus. Un nouvel accord d’entreprise, en vigueur à partir du 1er janvier 2022, transmet les tâches à des équipes de taille variable, leur donnant une grande flexibilité et une forte responsabilité. Trumpf appelle cela « la transition d’une culture du présentiel à une culture de résultats » avec laquelle l’entreprise n’impose plus de nombre d’heures. 

B.Braun – travailler au-delà des hiérarchies

B.Braun, à Melsungen dans la Hesse, est l’un des leaders mondiaux dans la technique médicale et les produits pharmaceutiques avec ses plus de 64.000 salariés et un chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros. A son siège à Melsungen, B.Braun a introduit dès les années 1990 des postes de bureau flexibles. L’entreprise recherche un équilibre entre la responsabilité personnelle et la hiérarchie pour tous ses salariés. Le mot-clé en la matière est Task & Teams. Le pas le plus important ici est que les salariés transmettent les tâches à des équipes qui en sont responsables et où ils sont fortement associés aux décisions. Ils ne travaillent donc plus dans le cadre d’un poste bien défini mais apportent leurs compétences aux équipes qui en ont besoin. C’est la vision d’un réseau de travail et de compétence propre à l’entreprise, B.Braun qualifie ce concept de « Sharing Expertise ».

© https://www.deutschland.de/fr

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: