Des fermiers innovants

Les synergies entre les innovations venant d’en haut et celles venant d’en bas accélèrent la croissance durable et améliorent l’approvisionnement alimentaire en Afrique, dit Oliver Kirui, du ZEF de l’Université de Bonn.

Innovative Farmer
AdobeStock
Oliver Kirui
Oliver Kirui
travaille comme « senior researcher » au Centre de recherche sur le développement (ZEF) de l’Université de Bonn

M. Kirui, qu’en est-il de la propension à l’innovation technique et numérique dans l’agriculture africaine ?
L’Afrique souligne toujours plus l’importance des innovations pour son développement. Les derniers constats indiquent partout de grands progrès dans les innovations techniques, institutionnelles et systémiques dans le secteur agricole. Cela a contribué au progrès social, économique et technologique des foyers ruraux. Les synergies entre les innovations venant des organismes de recherche et les innovations issues produites par les agriculteurs ont un fort potentiel de croissance agricole durable et d’amélioration de l’approvisionnement alimentaire. 

De quoi dépend l’innovation ?
Il y a nombre de moteurs. Ainsi, la révolution numérique a permis à de nombreux agriculteurs d’avoir accès aux informations sur l’ensemble de la chaîne de création de valeur dans l’agriculture et les produits alimentaires, par exemple sur les prix ou l’offre et la demande, c’est-à-dire sur la situation du marché. L’intégration numérique croissante a par exemple facilité l’accès au capital dont les agriculteurs et les autres acteurs de la chaîne de création de valeur ont besoin, leur permettant une solide participation. La nécessité de s’adapter au changement climatique et de le ralentir est également un moteur important.

Qu’est-ce qui fait obstacle au développement des fermes ?
Le principal obstacle à l’innovation est l’accès limité à une formation initiale et continue adéquate et à la technologie. Souvent, les fermiers n’ont pas accès aux initiatives qui leur permettraient de garantir tout d’abord leur propre alimentation. L’impact du changement climatique – comme les variations météorologiques et les événements météorologiques extrêmes – a des conséquences graves pour les agriculteurs. Cela provoque une perte presque totale des bénéfices de l’innovation. Les petits paysans n’ont ni les ressources ni la capacité d’atténuer l’impact du changement climatique ou même de s’en protéger. Un autre obstacle est le manque d’accès au marché et à des crédits agricoles adéquats. C’est pourquoi les bénéfices des innovations techniques doivent être accompagnés d’autres changements afin que les petits paysans puissent vraiment profiter de ces avantages sur leur exploitation. 

Comment les innovations changent-elles le travail dans l’agriculture africaine ?
Plusieurs études et résultats de programmes allant au-delà des différentes chaînes de création de valeur montrent que l’introduction d’innovations agricoles a des impacts positifs et significatifs sur la production agricole et la prospérité des ménages, notamment en matière de revenus et d’alimentation.

Comment le monde peut-il profiter de la prospérité des fermiers africains ?
Les agriculteurs africains sont innovants mais ils ont besoin d’un soutien pour appliquer et diffuser des innovations qui ont fait leurs preuves dans le secteur agricole et alimentaire. Avec l’augmentation des capacités et le soutien aux investissements dans les innovations dans le secteur agricole et alimentaire, le monde aiderait l’Afrique à atteindre plusieurs objectifs de développement durable des Nations unies (ODD). 

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: