«Garantir une meilleure protection»

Le chercheur Jörn Birkmann étudie comment l’Allemagne peut mieux se protéger de l’impact des pluies diluviennes ou de la canicule.

Jörn Birkmann présentant le rapport du GIEC
Jörn Birkmann présentant le rapport du GIEC picture alliance / Geisler-Fotopress

L’urbaniste Jörn Birkmann, de l’université de Stuttgart, analyse intensément comment et où  l’Allemagne doit s’adapter au changement climatique. Il a participé comme auteur au rapport du Groupe international d’experts sur le changement climatique (GIEC) et étudie actuellement comment réussir la reconstruction après les inondations catastrophiques en Rhénanie du Nord-Westphalie et dans la Rhénanie-Palatinat. A l’été 2021, elles ont provoqué la mort de plus de 130 personnes dans la vallée de l’Ahr, près de Bonn.

M. le Professeur Birkmann, quels sont les grands enseignements des inondations catastrophiques pour la reconstruction dans la vallée de l’Ahr ?
Dans une vallée aussi étroite que celle de l’Ahr, la reconstruction doit veiller à créer des surfaces inondables pour la rivière en cas de crues ou de pluies torrentielles. Une autre tâche consiste à garantir demain une meilleure protection dans le cas d’un tel événement. Une école devrait par exemple avoir plusieurs étages pour pouvoir évacuer les enfants dans les étages supérieurs quand le rez-de-chaussée est inondé.

Nombre de questions se posent pour la reconstruction et l’adaptation des ponts dans la vallée de l’Ahr. Comment peut-on, par exemple, empêcher que des arbres, des voitures ou des camping-cars ne s’encastrent sous les ponts, comme lors de la catastrophe à l’été 2021 ? Les ponts devraient-ils être plus hauts ou plus larges ou bien doit-il y a avoir à côté des ponts des cavités où l’eau peut-éventuellement s’écouler ?

Un autre défi consiste à associer la reconstruction à la protection du climat et à l’adaptation à son changement. Il n’est pas toujours simple de remplacer son chauffage au mazout par un autre mode de chauffage dans une maison. Jusqu’à présent, les assurances pensaient à la restauration de l’état précédent lors de la reconstruction. Les personnes touchées ne savent pas, par exemple, si un branchement sur le gaz sera disponible pour leur maison dans six mois.

A quels risques et quels dangers induits par le changement climatique l’Allemagne doit-elle se préparer ?
Les principaux dangers sont certainement les crues et les pluies diluviennes ainsi que les canicules. Nous devons nous attendre à des événements climatiques extrêmes toujours plus nombreux. Mais il faut penser simultanément aux interactions entre différents facteurs représentant un risque. Si, par exemple, un événement climatique extrême – comme les pluies diluviennes dans la vallée de l’Ahr – touche un lieu ayant nombre d’habitants âgés et vulnérables, c’est différent que si les habitants sont majoritairement jeunes.

Où faut-il agir particulièrement en Allemagne pour s’adapter à ces risques ?
Nous devons penser partout à la manière dont l’eau peut s’écouler sans dégât en cas de pluies diluviennes. Cela peut être des espaces verts comme les parcs mais aussi des espaces pavés ayant peu d’infrastructure. En cas de canicule, nous avons besoin de plus d’espaces libres ombragés dans les villes, avec par exemple des arbres et des parcs.

Nous devons également réfléchir aux personnes et aux infrastructures qui doivent être particulièrement protégées. Cela vaut par exemple pour les écoles, les hôpitaux ou les maisons de retraite. Car la question n’est pas seulement de connaître la force du vent ou des crues mais aussi ce qu’il faut adapter et protéger en priorité.

© https://www.deutschland.de/fr

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: