Un plan d’action pour les femmes et la paix

Trois questions et leurs réponses sur le troisième plan d’action du gouvernement fédéral sur la réalisation de l’Agenda Femmes, Paix et Sécurité

Une Casque bleu indienne lors d’une mission de paix de l’ONU au Liberia en 2007.
Une Casque bleu indienne lors d’une mission de paix de l’ONU au Liberia en 2007. dpa

En février, le gouvernement fédéral a adopté le troisième plan d’action du gouvernement fédéral pour la réalisation de l’Agenda Femmes, Paix et Sécurité du Conseil de sécurité de l’ONU.

Pourquoi y a-t-il ce plan d’action ?

En octobre 2000, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité la résolution 1325 « Femmes, Paix et Sécurité ». C’est la première résolution reconnaissant l’importance des femmes pour la résolution des conflits et de leurs conséquences. Elle constate que les femmes sont particulièrement victimes des conflits. La résolution 1325 en tire trois principes pour l’action politique : la prévention, la participation et la protection. Deux des neuf résolutions qui font suite à la résolution 1325 ont été soumises par l’Allemagne qui est un fervent partisan de l’Agenda « Femmes, Paix et Sécurité ».

Quel est l’objectif du plan d’action ?

Le gouvernement fédéral définit dans le plan d’action ce qu’il veut réaliser concrètement d’ici à 2024 : promouvoir la participation des femmes aux processus de paix ainsi que leur protection contre les violences sexuelles partout où cela est possible. Ce qui semble théorique peut être très concret : ainsi, l’Allemagne soutient le Women’s Peace & Humanitarian Fund ou aide les femmes traumatisées avec des partenaires comme medica mondiale ou l’Organisation internationale des migrations (OIM). L’Allemagne est en outre co-initiatrice du Réseau des femmes africaines dirigeantes.

Comment le plan d’action est-il appliqué ?

Le plan d’action comprend un plan de monitoring et d’évaluation qui définit au niveau politique concret qui est responsable de la réalisation des projets et dans quelle période. Cela permettra de mesurer les progrès. L’exposition virtuelle Sans les femmes, pas de paix du ministère des Affaires étrangères montre maints exemples concrets de l’engagement allemand.

© www.deutschland.de