L’économie et les droits de l’homme

L’Allemagne indique leur responsabilité aux entreprises avec un Plan d’action national. Certaines entreprises œuvrent déjà de manière exemplaire au respect des droits de l‘homme.

De bonnes conditions de travail : une usine textile moderne à Addis-Abeba
De bonnes conditions de travail : une usine textile moderne à Addis-Abeba picture alliance/Kay Nietfeld/dpa

Avec le Plan d’action national sur l’économie et les droits de l‘homme (NAP), au moins la moitié des entreprises allemandes ayant plus de 500 salariés devront veiller au respect des droits humains au long de leur chaine de livraison et de création de valeur d’ici à 2020. Ce groupe compte quelque 7.100 entreprises.

Quel est le niveau d’implémentation ?
 

Dans une première phase, un groupe de 30 entreprises, représentant un échantillon de l’économie allemande, a été interviewé. Un questionnaires a été élaboré en 2019 pour la première grande enquête sur les entreprises à partir de leurs réponses. 

Que font les autres pays ?
 

A ce jour, 23 pays de l‘UE et de l’EFTA ont adopté un Plan d’action national sur l’économie et les droits de l’homme, un plan d’action est également en cours d’élaboration dans d’autres pays. Des pays non-européens, comme les Etats-Unis, le Chili ou le Kenya, ont également publié un plan  d’action ou le préparent.

Quels exemples de best practice y a-t-il en Allemagne ?
 

Certaines entreprises donnent déjà l’exemple.

Le fabricant de biens de consommation Henkel s’est engagé dès 2000 à faire respecter les droits humains reconnus internationalement le long de sa chaine de livraison et de création de valeur avec un Code de bonne conduite et, en 2003, en adhérant à l’initiative Global Compact des Nations unies.   

Le distributeur de textiles KiK a activement contribué aux discussions sur l’élaboration du NAP et publié en 2017 sa directive sur les droits humains. L’entreprise s’y engage à faire respecter et promouvoir les droits humains dans ses processus opérationnels et à bannir leur violation.

Le constructeur automobile Daimler a adopté en 2018 son Human Rights Respect System pour détecter rapidement et remédier aux violation des droits humains. Cela concerne plusieurs dizaines de milliers de fournisseurs et encore plus de sous-traitants.
 

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany?
Subscribe here: