Erasmus et l’idée de l‘Europe

Plus de trente ans séparent les séjours Erasmus d‘Astrid Franke et d‘Helena Böhmer. Un échange d’expériences.

Astrid Franke et Helena Böhmer en échange virtuel.
Astrid Franke et Helena Böhmer en échange virtuel. Fazit

Aujourd’hui, la professeure Astrid Franke enseigne la littérature et la civilisation américaines à l’université Eberhard Carls à Tübingen. En 1990, elle a fait partie des premières promotions à étudier à l’étranger dans le cadre du programme Erasmus. A l’époque, elle est partie pour un an à Edimbourg. Elle s’entretient avec Helena Böhmer, étudiante en sixième année de langue et de littérature allemandes et d‘études anglophones. En 2021, elle est allée à Cork en Irlande, comme étudiante Erasmus.

Pour vous, Erasmus est un lien commun. Comment avez-vous vécu vos séjours, il y a près de 30 ans et aujourd’hui ?
Böhmer :
Après les nombreux semestres en ligne à cause du Covid-19, je voulais absolument étudier un semestre à l’étranger. C’était passionnant d’avoir un aperçu de la vie sur un autre campus : ce qui nous avait manqué en termes de manifestations extra-universitaires a été compensé à Cork par les nombreux clubs d’étudiants et même par un pub sur le campus. 

Franke : Pour moi, c’était la première ou la deuxième année qu’il y avait un échange avec l’université libre de Berlin et il n’y avait même qu’une seule place. Comme vous, j’ai profité de la grande offre en clubs : j’ai fait de l’ascension en ballon et de la danse folklorique écossaise. En outre, j’ai rédigé mes devoirs pour la première fois sur un ordinateur.

Ce séjour vous a-t-il changées ?
Böhmer :
Je dirais que j’ai pris de l’assurance car, en Irlande, j’ai pu essayer beaucoup de choses, ce que je n’aurais pas osé faire avant. Personne ne vous connaît, c’est un environnement qui incite à se développer.

Franke : J’ai constaté qu’il était possible d’étudier des contenus similaires d’une manière tout à fait différente. Il fallait lire beaucoup plus : en Allemagne c’était quatre livres par semestre, en Ecosse, c’était douze livres. J’ai passé beaucoup de temps à lire.

Helena Böhmer en excursion à Cork en Irlande.
Helena Böhmer en excursion à Cork en Irlande. privat

Quels conseils donneriez-vous aux futurs étudiants Erasmus ?
Böhmer :
Si possible, il ne faut pas avoir d’attentes, car de toute façon les choses se passeront différemment. Je croyais que je ne ferais la connaissance de personne. C’était finalement le moindre des problèmes. Il faut si possible profiter de toutes les occasions et faire des essais. 

Franke : Je suis aussi de cet avis. A part cela, je conseillerais de rester un an de préférence. Cela enlève la pression de voir autant de choses que possible en peu de temps.

Böhmer : je trouve que cela a des avantages et des inconvénients. Pour moi, c’était seulement un semestre et après, j’aurais dû repartir à zéro pour faire de nouvelles connaissances car tous les nouveaux amis étaient partis. Evidemment, une année permet de prendre beaucoup plus son temps.  

Franke : Cela veut dire que vos amis étaient principalement des étudiants Erasmus ?

Böhmer : Oui, c’est souvent le cas. J’avais aussi des amis irlandais mais les activités en commun  telles que les excursions permettent plutôt de se rapprocher des étudiants internationaux. Il y a deux semaines, je suis allée voir des amis à Maastricht et en juillet j’aurai la visite d’une amie de Prague. De ce point de vue, je ne suis pas trop triste. 

Franke : Ce sont surtout des jeunes qui voyagent en Europe, étudient dans un autre endroit et y nouent des amitiés qui donnent vie à l’Idée de l’« Europe ». Si le sentiment européen, l’identité européenne sont renforcés, cela se passe très bien de cette façon.

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: