Des arguments pour et contre l’e-Sport

Est-ce vraiment du sport ? Pendant que les associations de foot se disputent pour savoir si elles intègreront ou pas l’e-Sport, le secteur mise, lui, sur des taux de croissance gigantesques.

L’e-Sportif Timo joue à la simulation de foot « Fifa ».
L’e-Sportif Timo joue à la simulation de foot « Fifa ». dpa / Roland Weihrauch

Une discussion s’est enflammée en Allemagne pour déterminer si l’e-Sport est vraiment du sport. Depuis la création d’un département d’e-Sport au club de foot VfL Wolfsburg en 2015, nombre de clubs de première et deuxième ligue de foot l’ont imité. C’est le  FC Schalke 04 qui le fait le plus professionnellement. D’autres clubs comme le FC Bayern de Munich ou Borussia Dortmund hésitent. Uli Hoeness, le président du FC Bayern, s’était exprimé il y a un certain temps en défaveur de l’e-Sport ; depuis, il estime que le club ne se fermera pas à cette possibilité.

Quelle est la position des clubs de foot sur l’e-Sport ?

Pour les clubs de la Bundesliga, la question n’est pas de savoir s’ils s’engageront dans l‘e-Sport mais bien dans quel domaine. Car le foot sur une console ou un écran ne représente qu’une infime partie du monde des gamers. Ils gagnent beaucoup d’argent lors des tournois mondiaux avec des jeux de tir, de fantasy ou de stratégie.

Selon une étude, le chiffre d’affaires sur le marché de ces jeux dépassera en 2020 la marque d’un milliard de dollars.

Quel rôle joue le jeu « Fifa » dans l’e-Sport ?

Des jeux populaires dans le milieu de l’e-Sport sont « League of Legends », « Dota2 », « Fortnite » ou « World of Warcraft ». Une équipe connue de « League of Legends » joue par exemple pour le FC Schalke. Du point de vue des vendeurs, cela est logique puisque la simulation footballistique « Fifa » est un produit de niche.

Mais la simulation footballistique convient bien pour ouvrir la porte du marché de l’e-Sport pesant plusieurs milliards, estime le responsable de l’e-Sport au club Werder Bremen, Dominik Kupilas. « Nous avons choisi ,Fifa‘ pour débuter parce que le foot réel et numérique s’associent très bien. » La Ligue allemande du football (DFL), qui chapeaute les clubs de la Bundesliga, partage cet avis. La DFL organise depuis un an le championnat virtuel.

La plupart des clubs hésitent à dépasser le stade du jeu « Fifa ». Des connaisseurs du marché leur opposent que les clubs ne peuvent toucher de jeunes groupes-cibles que s’ils s’ouvrent aussi à des jeux de tir et de stratégie.

Qu’est-ce qui s’oppose à l’entrée de l’e-Sport dans les clubs sportifs ?

La DOSB, la Confédération allemande des sports, accepte les simulations sportives comme de l’e-Sport, mais pas d’autres compétitions virtuelles. Elle fait la même distinction que la plupart des clubs de la Bundesliga : « Fifa19 » mais pas les autres jeux. La DOSB a donc refusé l’adhésion de la Fédération allemande de l’e-Sport.

Alors que, pour la DOSB, le sport est une activité physique sous l’égide d’un club de sport, les partisans de l‘e-Sport souhaitent intégrer les millions d’enfants et d’adolescents qui jouent chaque jour sur leur console. Jouer ensemble dans un club avec ses règles, ce serait peut-être une solution convenant aux deux parties.

 

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: