Pour de meilleures conditions d’élevage

Pour de nombreux Allemands, une alimentation saine et la protection des animaux vont de pair. C’est pourquoi il y a une nouvelle approche en matière de traitement des animaux d’élevage.

Elevage de bœufs dans une ferme bio
Elevage de bœufs dans une ferme bio dpa

De plus en plus d’Allemands souhaitent que les animaux d’élevage aient de meilleures conditions de vie et ne souffrent pas à l’abattage. Ils veulent savoir d’où viennent les animaux dont ils mangent la viande. Selon le rapport « Ernährungsreport 2018 », 79 pour cent d’entre eux approuvent l’étiquetage prévu par l’Etat pour les denrées alimentaires provenant d’élevages respectant le bien-être animal et seraient prêts à payer un prix plus élevé pour cela.   

Un label pour le bien-être animal

Le ministère fédéral de l’Alimentation et de l’Agriculture (BMEL) veut à l’avenir informer les consommateurs avec un label national certifiant le bien-être animal concernant les conditions d’élevage, la santé des animaux et la durée de leur transport. Les agriculteurs peuvent par exemple améliorer les conditions d’élevage de leurs animaux en leur donnant plus d’espace, une stabulation libre, une aire paillée ou plus de liberté. Toutefois, adopter le label pour le bien-être animal est facultatif.

Les agriculteurs élevant des porcs, des poules ou des dindes peuvent déjà s’affilier à l’«Initiative Tierwohl » (ITW) pour le bien-être animal, fondée par les associations de l’industrie de la viande et de l’agriculture avec le commerce de détail alimentaire. Les critiques reprochent cependant que les critères ne dépassent guère les standards minimum légaux et n’améliorent que peu les conditions d’élevage.    

Alternatives au massacre des poussins

Chaque année plus de 45 millions de poussins sont tués peu après l’éclosion. Il s’agit des poussins mâles, « frères » des poules pondeuses. Des initiatives proposent des alternatives. Elles investissent par exemple dans l’élevage de coqs dont la viande est utilisée. Une autre possibilité est d’élever des races à deux fins, c’est-à-dire aussi bien pour la production d’œufs que pour celle de viande, même si le gain est réduit.  

L’Etat soutient les méthodes innovatrices de détermination de sexe dans l’œuf. Cela doit permettre, à l’avenir, d’éviter la couvaison de poussins mâles.

Initiative pour les vaches à cornes

En Allemagne, les veaux sont habituellement écornés quelques semaines après la naissance. Quelques exploitations bio prouvent qu’il peut en être autrement. Elles élèvent sciemment des bœufs gardant leurs cornes. Pour cela, les agriculteurs ont besoin de davantage de temps, d’attention et de place pour les animaux. 

BMEL : plus amples informations sur l’élevage d’animaux en Allemagne

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here to: