Dans les cieux

Des idées allemandes transforment le secteur aérospatial. Trois exemples venus de Munich, Dresde et Brême.

Vision d’avenir : des étudiants ont imaginé l’Urban Liner
Vision d’avenir : des étudiants ont imaginé l’Urban Liner DLR

Allemagne. De l’idée d’un étudiant au grand projet mûri : en Allemagne, nombre de développeurs travaillent sur des innovations dans le secteur aérospatial. Voici trois exemples actuels.

Ecologique : l’Urban Liner

« Normalement, on ne se soucie que tardivement de la réduction des bruits dans la construction aéronautique », dit Christian Decher, étudiant à l’Université technique de Munich. « Mais nous y avons subordonné tout le reste. Et ce avec succès. Avec son étude sur l‘Urban Liner, Decher et ses camarades Daniel Metzler et Soma Varga ont remporté la première place au Design Challenge organisé par la NASA et le Centre aérospatial allemand (DLR). L’Urban Liner n’est encore qu’une vision – avec des atouts prometteurs : des moteurs électriques silencieux, à peine visibles, soutiennent les turbines conventionnelles sur la queue de l’avion. Cette motorisation hybride doit diminuer de moitié la consommation de kérozène par rapport aux avions comparables, diminuant de 80 % leurs émissions d’oxyde d’azote.

Economique : l’avion numérique

A l’Institut des méthodes logicielles de virtualisation des produits de Dresde, des ordinateurs surpuissants simulent des avions avec une extrême précision. Les avantages de ces jumeaux numériques : les onéreux travaux de développement avec de vrais matériaux sont réduits et les longs essais menant à l’homologation d’un avion peuvent être réalisés sur ordinateur. Un institut partenaire à Hambourg couvre déjà tout le processus de maintenance d’un avion avec ses recherches, soutenant ainsi efficacement la maintenance de l’original, pesant plusieurs centaines de tonnes.

« Des jumeaux numériques » : le développement sur ordinateur
« Des jumeaux numériques » : le développement sur ordinateur Marek Kruszewski

Energique : le véhicule spatial Orion ESM

Les développeurs du groupe Airbus à Brême apportent une contribution décisive aux voyages vers la Lune. Dans le cadre d’une coopération transatlantique, ils construisent le module européen de service (ESM). Avec le module des équipages de la NASA américaine, ce module deviendra le véhicule spatial Orion ESM, dont le vol d’essai non habité est prévu pour 2019. Un équipage devrait être à bord du deuxième vol en orbite autour de la Lune en 2021. Le moteur principal est installé dans l’ESM où des voiles solaires fournissent l’électricité nécessaire aux appareils. Les systèmes de climatisation du module de service garantissent une régulation optimale de la température pour les astronautes et le fret.