De bonnes élections

Élections en Allemagne : les élections au Bundestag seront suivies par une équipe de l’OSCE pour la quatrième fois depuis 2009.

Les observateurs se rendront aussi dans des bureaux de vote.
Les observateurs se rendront aussi dans des bureaux de vote. picture alliance/dpa

Un programme fourni entre le 2 et le 5 juin 2021 : les spécialistes des élections du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH), de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), ont eu 13 réunions en visioconférence avec les ministères allemands de l’Intérieur et des Affaires étrangères, la Cour constitutionnelle fédérale, le président de la commission électorale fédérale et les partis représentés au Bundestag. Les experts ont analysé les semaines précédant les élections et leur préparation pour exprimer ensuite, sur la base des entretiens, une recommandation sur l’observation des élections ou non.

Comme lors des élections au Bundestag en 2009, 2013 et 2017, il a été décidé d’envoyer une équipe d’observateurs en Allemagne. Le rapport du BIDDH atteste d’une grande confiance dans l’intégrité du processus électoral mais certains interlocuteurs ont exprimé des réserves, par exemple sur le financement des campagnes, un point sur lequel le BIDDH avait recommandé plus de transparence lors des élections en 2017. Les dons de moins de 10.000 euros aux partis peuvent rester anonymes en Allemagne, les auteurs de dons de moins de 50.000 euros ne sont révélés qu’un an et demi après réception des dons.

Nous venons apporter notre aide.

Katya Andrusz, BIDDH

L’observation des élections sera faite par une équipe de cinq personnes arrivant en Allemagne deux semaines avant leur tenue. Le vote par correspondance est également examiné. « La pratique du vote par correspondance est très diverse au sein de l’OSCE ; certains pays, comme l’Allemagne, ont une longue expérience en la matière », dit la porte-parole du BIDDH, Katya Andrusz. L’équipe fera des visites aléatoires dans les bureaux de vote. « Notre observation des élections est politiquement neutre. Nous venons apporter notre aide et suggérons des améliorations qui profiteront à tous les électeurs », dit Mme Andrusz.

Le BIDDH établit un rapport final environ deux mois après les élections, décrivant ce qui l’a frappé et suggérant des améliorations potentielles. On veut toujours coopérer activement, souligne Katya Andrusz. « A la fin, nous ne donnons pas de leçon et disparaissons, laissant les acteurs à eux-mêmes. » Le BIDDH considère les élections comme un processus complexe dont font partie, outre la journée des élections, la campagne électorale et d’éventuels recours déposés après leur tenue.

L’observation d’élections remonte au Document de Copenhague adopté en 1990. Les pays membres de l’OSCE s‘y engagent à inviter aux élections le Bureau des élections libres d’où est issu le BIDDH. Cet instrument qu’est l’observation d’élections par des Etats souverains a été ainsi placé pour la première fois sur une base institutionnalisée.

 


Plus d’informations sur les partis en Allemagne dans notre Dossier sur les élections au Bundestag.

© https://www.deutschland.de/fr

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: