« Un danger pour les démocraties »

Quel rôle jouent les théories complotistes dans les conflits ? Un entretien avec le spécialiste Michael Butter.

 Les théories complotistes divisent le monde entre bien et mal.
Les théories complotistes divisent le monde entre bien et mal. picture alliance / CHROMORANGE

Garantir l’accès à des informations fiables et promouvoir la liberté des médias fait également partie des axes de travail de la présidence allemande du G7. Il s’agit d’aider les citoyennes et les citoyens à reconnaître la désinformation et les théories complotistes et à les contrer. Michael Butter, professeur de littérature et civilisation américaine à l’université de Tübingen, se penche depuis des années sur les théories complotistes. Il explique comment elles naissent et pourquoi elles peuvent menacer les démocraties.

Professeur Butter, pourquoi les gens croient-ils aux théories complotistes ?
Les théories complotistes proposent des explications, elles rendent le monde plus signifiant. Tout ce qui arrive peut être ramené à un comportement humain planifié. Rien n’arrive par hasard. C’est en fait le critère déterminant de la vision du monde complotiste.

Quelles personnes sont particulièrement réceptives à cette vision du monde ?
D’une part les personnes qui recherchent une évidence. Les théories complotistes divisent le monde entre bien et mal et rien n’existe entre les deux. D’autre part, les gens ayant un sentiment de perte de pouvoir sont également réceptifs à cette vision. Ils pensent qu’eux-mêmes, leur groupe ou même toute leur nations perdent le contrôle. Pour ce groupe, les théories complotistes sont attractives parce qu’elles fournissent une explication à ce qui arrive et leur redonne un certain contrôle. Ces gens peuvent ainsi au moins revendiquer qu’ils comprennent les événements.

Quel danger représentent les théories complotistes ?
Toutes les théories complotistes ne sont pas dangereuses. Mais il y a trois dimensions dans lesquelles elles peuvent le devenir. Elles peuvent d’abord être un catalyseur de la radicalisation et conduire à des actes de violence. Les gens qui pensent avoir découvert un complot peuvent se sentir obligés de prendre les armes pour le contrer. On l’a bien vu à Halle, à Christchurch et sur l’île d’Utøya. Des gens sont alors blessés, d‘autres meurent.

Deuxièmement, les théories complotistes médicales sont elles aussi dangereuses. Car, lorsqu’on nie les connaissances médicales confirmées, on se met soi-même et les autres en danger. On le voit actuellement avec la pandémie de la Covid.

Et, troisièmement, les théories complotistes peuvent être un danger pour les démocraties quand elles ébranlent la confiance dans les institutions et les processus démocratiques. Elles peuvent, au pire, inciter les gens à s’attaquer concrètement aux institutions démocratiques. Nous l’avons vu le 6 janvier 2021 avec l’attaque du Capitole à Washington.

Les pays utilisent-ils des récits complotistes pour déstabiliser d’autres pays ?
Oui. Ces dernières années, le Kremlin, notamment, a diffusé de la désinformation et des fake news sur la crise migratoire à partir de 2015 et sur un prétendu effondrement de l’Allemagne. La campagne de propagande russe contre l’Ukraine est venue s’y ajouter à partir de 2014, avec un soit disant putsch de groupes nazis en Ukraine orchestré par les Etats-Unis et l’Otan. Dans la guerre en Ukraine, il semble que même le cercle le plus proche de Poutine a cru ces théories complotistes et sérieusement pensé qu’ils seraient accueillis à bras ouverts en Ukraine. Ce n’était pas le cas, évidemment.

 Michael Butter étudie les théories complotistes depuis plus de 15 ans.
Michael Butter étudie les théories complotistes depuis plus de 15 ans. Berthold Steinhilber

Pourquoi le monde politique russe répand-il des fake news et des mythes dans d’autres pays ?
Ce faisant, le Kremlin tente de diviser la société, de créer de la confusion et de susciter des conflits. Cela doit empêcher que les positions qui s’opposent aux intérêts russes ne soient présentées de manière populaire à l’opinion publique.

Comment peut-on convaincre les partisans des théories complotistes de la réalité ?
En recherchant le dialogue et en posant des questions sincères. Pourquoi vois-tu les choses autrement que moi ? Pourquoi un tel est un expert à tes yeux et pas un autre ? Cela peut induire une certaine autoréflexion mais pas obligatoirement. C’est dans tous les cas un processus long et ardu.

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: